Home sweet home·La vida de Lindanita·Positive attitude

Je suis une amoureuse des plantes parce que…

4+dkim+morning

En prenant soin de mes plantes le week-end dernier, je me suis dit que je n’avais encore jamais écrit d’article à leur sujet sur mon blog. Je ne suis pas une as en la matière et je débute à peine avec les boutures. Mais allez, pourquoi pas? Parce que mes plantes, c’est une extension de moi dorénavant! Au début, je voulais appeler cet article « les commandements des plants lovers » mais j’ai pensé que « je suis une amoureuse des plantes parce que… » était mieux pensé car ce qui va suivre n’engage que moi (quelques points seront saupoudrés d’une pointe d’ironie et je ne voudrais blesser personne vous comprenez).

Je suis une amoureuse des plantes parce que :

♣ Après avoir réveillé mes enfants, je « réveille » aussitôt mes plantes. Je leur dis bonjour et j’ouvre les rideaux pour qu’elles puissent recevoir leur dose de soleil chaque jour.

♣ Oui, je parle à mes plantes. Quand je m’occupe d’elles, je leur demande si elles vont bien, si elles se sentent bien en ce moment. J’avoue même que je leur dis qu’elles sont belles et je crois que ça les aide à bien pousser et s’épanouir!

♣ Je suis très unie à mes plantes et cela se voit sur elles. Si je suis fatiguée, certaines auront les feuilles tombantes sans raison et si je suis en pleine santé, d’autres me feront des nouvelles feuilles du jour au lendemain. La nature est incroyable!

♣ Il m’arrive de faire écouter de la musique à mes plantes (on dirait que je parle de mes bébés). Je ne suis pas folle vous savez!

♣ Si the Husband me propose d’aller faire du shopping en ville ou bien d’aller dans un magasin de plantes (ou bien un magasin de bricolage qui propose des plantes), ça sera le magasin de plantes, bien évidemment!

♣ Je n’achète pas souvent de nouvelles plantes plein pot (huhu, jeu de mots, vous l’avez?). Je préfère me diriger vers le stand de plantes à -50% (voire -70% même) pour essayer de leur donner une chance de se refaire une beauté à la maison, en prenant soin d’elles.

♣ Je juge (bouh, la vilaine!) les gens qui n’ont pas de plantes chez eux ou pire, qui ont des plantes en plastique (et rien qu’en plastique) chez eux. Ne me demandez pas pourquoi, mais je trouve qu’une maison sans plantes est une maison sans âme. Par exemple, j’étais émerveillée par une plante que je voyais tous les jours par la fenêtre du salon de ma voisine. Un jour, elle m’a invitée à prendre le café chez elle et là, horreur, je me suis rendue compte que c’était du plastique et qu’elle n’avait rien d’autre chez elle! Cela m’a énormément choquée et cela a expliqué beaucoup de choses sur sa personnalité.

♣ Depuis qu’ils sont tout petits, j’enseigne à mes enfants le respect des plantes et de la nature. Ayant beaucoup de plantes d’intérieur, ils font toujours attention de ne pas leur donner des coups lorsqu’ils se chamaillent. C’est quelque chose de fondamental maintenant pour eux. Une anecdote : mon aîné a expliqué à son orthophoniste (lors d’un exercice de diction) que le fils de nos voisins avait balancé son ballon de foot dans un de nos arbres du jardin. Il avait cassé une branche de notre cerisier en fleurs. Alexander a été dévasté. Quand le voisin est venu réclamer son ballon, il lui a fait la leçon : « tu dois faire attention à la nature. Maintenant cet arbre souffre à cause de ton ballon, tu n’es pas gentil! » (la réponse de la mère de l’enfant : « oh ça va, ce n’est qu’un arbre hein! On parle de la même personne citée dans le point juste au dessus. No comment…).

♣ Je connais le nom de toutes les plantes que j’ai à la maison (et je peux en nommer certaines que je n’ai pas quand nous sommes dans un magasin de plantes). Et si je sèche complètement, j’ouvre l’application Pl@ntNet qui me permet de reconnaître les plantes grâce à des photos (c’est très très utile, je vous la conseille!).

♣ Comme si je n’avais pas assez de plantes à la maison, j’inclus beaucoup de motifs fleuris dans ma garde-robe. Et puis j’ai des cartes postales avec des illustrations de plantes dans mon bureau (quand on aime, on ne compte pas!).

Et vous alors, êtes vous, vous aussi, des amoureux des plantes? Racontez-moi tout! Bon vendredi :)

Publicités
Films coup de coeur·La vida de Lindanita·Viva la musica

The greatest showman reimaginated

La semaine dernière en traînant sur instagram et en allant sur le compte de la chanteuse Anne Marie, j’ai pu constater qu’elle avait repris avec James Arthur « rewrite the stars » de la bande originale du film « the greatest showman » (film doudou d’amour infini, on est d’accord?). Ah oui, tiens, pourquoi pas, cette chanson est jolie et bien que cela ne soit pas ma préférée de la bande originale, j’aime l’écouter de temps en temps. Eh, mais il y a un clip aussi! C’est du sérieux cette histoire alors? Si vous me connaissez depuis un moment, vous pensez bien que je suis allée me renseigner un peu plus sur google.

Oh, mais toute la bande son a été reprise par des gens « connus » (je mets connus entre guillemets parce que je suis loin de connaître tout le monde). Vite, j’allume mon ordinateur, je me mets sur spotify pour écouter cette surprise. Comme la bande originale est un cd que j’écoute au moins une fois par semaine (la preuve en est mes enfants qui chantent tous les titres en yaourt!), je vous propose une critique de chaque titre. 

  1. The greatest show – Panic! at the Disco
    Euh, oui… Mais où est cette force, cette lumière que dégage cette première chanson? La version originale me donne la chair de poule dès que je l’écoute. Panic! at the Disco a beau être un groupe de pop-punk, il n’y aucune énergie dans leur interprétation. La version de Hugh Jackman donne envie de sauter sur place, de danser, de pointer tout le monde du doigt tel un showman. La reprise? Pas du tout.

  2. A million dreams – Pink
    Là, on peut parler d’une jolie reprise. La voix de Pink est ronde et chaude, c’est très agréable à écouter. On sent les paillettes, la petite boule au ventre. Cette reprise me donne envie de m’enrouler dans un plaid sur le canapé avec mes enfants pour un moment câlin. Vous l’aurez compris, j’aime beaucoup!

  3. A million dreams (reprise) – Willow Sage Hart
    Willow, c’est la fille de Pink. Petite bichette ♥ On comprend mieux maintenant pourquoi la version de Pink est émouvante. Ils ont fait chanter sa fille! Regardez la vidéo qui a été faite lors de l’enregistrement du titre, c’est tellement adorable (c’est la maman qui parle là, vous l’aurez compris)!

  4. Come alive – Years & Years and Jess Glynne
    Comment rendre une chanson qui donne la pêche totalement soporifique? Voilà, vous avez un excellent exemple ici. C’est pop, c’est sucré, mais c’est mauvais. Arrêtez de détruire la musique enfin!

  5. The other side – MAX and Ty Dolla $ign
    Avec la version originale de « the other side », l’interprétation de Zac Efron me faisait penser au phrasé qu’il avait quand il interprétait la chanson « bet on it » du second film « high school musical » et cela faisait ressortir mon côté midinette (avouez que ça fait du bien!). La reprise, on dirait des potes qui s’amusent lors d’une soirée karaoké. Ca sera encore un non pour moi.

  6. Never enough – Kelly Clarkson
    Une catastrophe! Je ne suis pas venue ici pour souffrir ok? Mais pourquoi Kelly Clarkson les gars? Elle respire presque entre chaque phrase (si vous avez lu mon article sur la misophonie ici, vous savez que je déteste ça) et on ne peut pas essayer de faire une nouvelle version de la perfection, « never enough », c’est Loren Allred, et puis c’est tout (c’est comme Céline Dion avec « my heart will go on »). Ils auraient pu choisir Idina Menzel, ça aurait tout de suite eu plus de gueule (oui, elle chante « let it go », et alors? Elle chante bien quand même!)!

  7. This is me – Keala Settle, Kesha and Missy Elliott
    Une partie rappée… Encore une mauvaise idée les gars! Ce n’est pas parce que vous avez fait revenir Keala Settle que ça va sauver cette reprise. Il faudrait arrêter d’avoir des mauvaises idées à un moment là non?

  8. Rewrite the stars – James Arthur and Anne Marie
    Bon, par contre, là, j’avoue, j’adore! Les voix de James Arthur et Anne Marie se marient très bien et la reprise est très belle, autant que le clip que je vous invite à visionner ici, il est féerique ♥

  9. Tightrope – Sara Bareilles
    J’aime beaucoup Sara Bareilles, surtout son titre « winter song ». Ici, le titre se laisse écouter mais la version de Michelle Williams a ce petit quelque chose en plus. Peut-être un côté innocent que l’on ne retrouve pas avec Sara Bareilles.

  10. From now on – Zac Brown Band
    Mouais, je n’apprécie pas vraiment le style country qu’ils ont choisi de rajouter à ce titre. Ca fait un peu fête de la saucisse selon moi.

  11. The greatest show – Pentatonix
    Cette version est plus agréable que la première même si, là encore, la vitalité de la version originale n’est pas là et c’est bien dommage.

  12. Come alive – Craig David
    Mes oreilles saignent, voilà, tout est dit dans une phrase de trois mots. Ou simplement why? But why? Une belle soupe musicale, vous en voulez une, eh bien, la voilà!

  13. This is me – Kesha
    Ouf, Kesha sauve la première reprise en nous proposant celle-ci. Il y a une certaine souffrance dans son interprétation, on le sent, et c’est beau, elle donne du corps aux paroles.

Si nous faisons le bilan,  il n’y a que quatre titres qui valent le détour selon moi, ce n’est vraiment pas beaucoup. Ils auraient dû s’abstenir de faire ces reprises. Cela sent le coup marketing juste avant Noël non? Et vous alors, avez-vous écouté ce cd de reprises? Si oui, qu’en pensez-vous? Je vous souhaite une excellente semaine!

 

 

 

 

La vida de Lindanita·Positive attitude

Reprendre le volant

43915022_2266459473573424_1748481846627683471_n(1).jpg

Mon permis de conduire, je l’ai depuis 2006. Ca fait un sacré moment déjà et pourtant, je n’ai pas beaucoup de kilomètres au compteur.

Retour en arrière : quand  j’étais plus jeune, je n’avais pas vraiment beaucoup d’amis. Je vivais dans un petit village dans lequel le bus ne passait pas mais je m’en fichais royalement parce que je n’éprouvais pas le besoin de sortir, je me sentais bien chez mes parents avec notre chat, mes livres et la télévision. Alors pour moi, conduire une voiture n’était d’aucune utilité. Et puis j’avais un père qui était un peu trop à cheval sur la propreté des voitures de la maison, elles devaient être tout le temps nickel. Si ma mère et moi revenions avec une voiture sale à la maison, nous devions penser à passer l’aspirateur à l’intérieur et faire les vitres si un pigeon était passé par là. C’était une raison de plus pour ne pas avoir envie de conduire. Mais mes parents m’ont quand même forcée à passer mon permis de conduire. Dans ma première auto-école, le moniteur n’était pas très net (si on peut dire les choses comme ça). Lors de mes heures de conduite, il me disait de mettre la main sur son siège, entre ses jambes et je devais me pencher en avant pour mieux voir les pédales dont il me parlait. Quelquefois, il m’emmenait conduire en pleine campagne et me disait de m’arrêter sur le bord de la route. Ce n’était pas pour faire des créneaux, des demi-tours ou des manoeuvres, non. Il avait juste envie de faire pipi! Il était donc tout naturel pour lui de le faire dans un petit fossé pendant une de mes heures de conduite. Bien sûr, il ne se lavait pas les mains ensuite et ne se gênait pas pour me toucher les mains et les avant-bras après pour m’expliquer quelque chose de très important (mais oui bien sûr). J’en étais venue à porter des manches longues en plein été pour éviter tout contact avec lui. Cet homme ne m’inspirait que du dégoût. Je n’arrivais toujours pas à conduire correctement après plus de vingt heures de conduite car je me focalisais trop sur les abus de ce moniteur douteux. Nous avons dû changer d’auto-école et là, tout s’est mieux déroulé (c’était le mari de ma prof de musique à l’époque). Il était très pédagogue et avait la blague facile, ce qui m’a permis de me détendre et avoir finalement ce petit papier rose qui en faisait rêver plus d’un.

Et puis je suis partie en séjour Erasmus en Allemagne en septembre 2006. Juste avant, durant l’été, j’étais allée plusieurs fois en boîte de nuit pour me dire que oui, ça valait vraiment le coup d’avoir ce satané permis et une voiture à disposition (la citroën AX blanche de ma mère). C’était la liberté, il fallait que j’en profite! Mais ce n’était vraiment pas moi tout ça. En Allemagne, je n’avais pas besoin de voiture, il y avait des bus et des trams partout. Ensuite, j’ai déménagé au Chili pendant trois ans. Là-bas aussi, il y avait des transports publics et quand nous avons finalement acheté une voiture, c’était toujours the Husband qui conduisait (non mais allez voir les rues de Viña del Mar et de Valparaíso. C’était soit des rues très très pentues ou bien alors accidentées. Très peu pour moi!).

Je n’ai jamais eu confiance en moi lorsque j’étais derrière un volant. Plus le temps passait et moins je touchais un volant. Conduire me faisait peur.

Quand notre famille s’est agrandie, je me déplaçais avec mes enfants à pied qu’importe le temps, en transports publics ou si cela était nécessaire, the Husband jouait au taxi. J’étais tellement traumatisée par mon expérience avec les voitures et la conduite que je ne m’imaginais pas devoir conduire à nouveau. Et puis on m’a diagnostiqué une sclérose en plaques. J’avais trop forcé sur mon corps et ma santé, je ne pouvais plus continuer comme ça. Il fallait que je me fasse une raison, je devais reprendre le volant. Cela n’a pas été facile de me faire à cette idée, croyez-moi. Mais comme j’ai un mari formidable (et têtu, mais chut, ne lui dites pas que je vous l’ai raconté!), il a cherché pendant des jours la voiture qui me conviendrait le plus, pour me sentir en sécurité et pouvoir transporter nos trois enfants sans souci. Notre choix s’est arrêté sur une golf plus automatique de Volkswagen. Elle n’est ni trop petite, ni trop grande. Et bon sang, ça change la vie une voiture automatique. Cela m’a énormément aidée pour enfin croire en moi : oui, je sais conduire et je le fais bien en plus!

Ma voiture, mon Nimbus 2000 comme j’aime l’appeler, je l’ai depuis un an. En un an, il s’en est passé des choses. Au début, j’allais seulement au jardin d’enfants déposer mes deux plus grands. C’était quelques rues plus loin, mais c’était déjà ça. Et puis je suis allée aussi à la boulangerie, au supermarché (en me garant dans une rue transversale au début, maintenant, je vais sur le parking et je me gare sur les places les plus proches de l’entrée), ensuite dans un supermarché un peu plus loin de la maison, chez le pédiatre, chez l’orthophoniste de mon aîné (qui est dans une autre ville), à la pharmacie, dans une jardinerie, même sur la quatre voies allemande, ces routes où l’on ne compte plus les excès de vitesse et les accidents. Je peux enfin emmener mes enfants faire des activités extra-scolaires, même si elles ne sont pas das le quartier. Je ne vais pas encore en plein centre-ville mais cela ne saurait tarder. Quand j’ai repris la conduite, je suis passée par plein d’émotions : la peur, la joie, l’hystérie même, la nervosité et le stress bien évidemment et finalement, le soulagement. Quand je pensais que je n’allais pas réussir à conduire sur telle ou telle route, je coupais la radio, je pensais que cela pouvait me distraire et m’entraîner vers l’échec. A présent, elle est en sourdine ou à un volume tout à fait normal. Quand je suis sur le point de faire un nouveau trajet, j’étudie la route que je vais emprunter sur google maps et je me familiarise avec le nom des rues pour être plus sûre de moi et ça m’aide énormément. La première fois que j’ai roulé à plus de 100km/h, j’ai eu si peur que je tremblais de tout mon corps et quand je suis enfin arrivée chez moi, j’avais une telle boule au ventre que j’en ai vomi (c’est d’un glamour cette histoire!). Cela ne s’est jamais reproduit par la suite parce que je me suis dit que si je l’avais fait une fois, je pouvais le refaire, je pouvais même m’améliorer si je le voulais.

Cette année de conduite m’a énormément apporté. Je me sens grandie, plus forte, plus mature, encore meilleure maman que l’année d’avant (bah oui, c’est surtout pour mes enfants que j’ai repris la conduite) et même si j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir (vous l’avez? Du chemin à parcourir, conduire, tout ça, haha! Ma blague est nulle!), je ne reviendrais jamais en arrière parce que maintenant, j’aime conduire.

La vida de Lindanita·Positive attitude

Ces petits bonheurs qui rendent la vie meilleure #22

large (1)

Bien le bonjour! Je viens de me rendre compte que je n’avais pas partagé avec vous mes derniers petits bonheurs qui rendent la vie meilleure depuis le mois de mai. Mais comment ai-je pu laisser passer autant de mois sans m’en rendre compte? Il est temps que je corrige cette erreur!

♣ Adopter le no makeup et me trouver jolie quand même (bon, quand c’est la mauvaise période du mois, je  n’en suis pas vraiment sûre hein…).

♣ Prendre un bain bouillant avec mes produits lush préférés pour me relaxer enfin (ça a fonctionné mais je n’en prends pas encore assez souvent!).

♣ Ma nouvelle coupe de cheveux qui correspond totalement à mon état d’esprit (j’ai hâte d’aller chez le coiffeur samedi pour mettre un peu de soleil dedans et retoucher ma frange et mes pointes).

♣ J’ai fait du tri dans mes placards, certaines pièces sont parties chez la croix rouge, d’autres ont été vendues et j’en ai accueilli de nouvelles achetées sur vinted ou bien trouvées dans des boutiques de seconde main (j’adore le vintage et faire de bonnes affaires!).

41718958_921020948108956_7120155554449429621_n.jpg

♣ Mes tatouages que je vous présentais ici et dont je suis totalement amoureuse (on me dit dans l’oreillette qu’il y en a un troisième de prévu au mois de janvier, mais chut!).

♣ Voir mes boutures de misère pousser, pousser et pousser (pour quelqu’un qui n’avait pas la main verte il y encore trois ans, je suis fière de moi!).

♣ J’ai pu enfin rencontrer la douce et belle Victoria aka Mango and Salt lors d’un brève passage à Amsterdam (je suis repartie avec son livre dédicacé ♥).

♣ Cet été, nous sommes allés plusieurs fois en famille à la piscine et c’était de purs moment de bonheur (surtout quand on descendait pour la vingtième fois le grand toboggan!).

40060734_235856687115543_7575786963945390080_n

♣ En parlant d’été, nous sommes retournés une nouvelle fois en vacances dans notre ville de coeur, j’ai nommé Dresden. Comme à chaque fois, nous sommes revenus avec des étoiles dans les yeux (nous avons aussi revu notre ancienne propriétaire et elle a été un amour avec nous, comme toujours).

♣ A l’heure où j’écris cet article, nous serons en route vers Francfort. Nous allons à l’ambassade de France pour déposer des demandes de passeports pour nos enfants afin de continuer à préparer nos prochaines vacances… (quoi je vous parle seulement de vacances?).

♣ … Prochaines vacances qui seront au Chili! Je n’y suis pas retournée depuis mars 2014 et j’étais enceinte de Valentina alors je n’avais pas pu en profiter comme il se doit parce que j’avais de terribles nausées. Vous pensez bien que je suis en train de faire une liste de toutes les choses que je veux manger huhu! Je partagerais au maximum avec vous sur instagram notre séjour là-bas (vous pouvez trouver mes anciennes publications instagram au Chili sous le hashtag #lindanitaenchile).

♣ Oh mais que vois-je? Ed Sheeran revient pour une nouvelle tournée européenne en 2019? J’étais au taquet pour acheter ma place dès le début de la vente et malgré le plantage incessant du site, j’ai tenu bon car il me fallait ma place, et je l’ai eu, vous pensez bien! Vivement le 23 juin 2019 (si vous aimez autant que moi Edichou, je vous conseille de me suivre sur instagram car je partagerais le concert avec vous là-bas, comme la dernière fois!).

42002432_760129784379102_1781676712036583436_n

♣ Aller au restaurant avec mes trois enfants, toute seule et sans paniquer en plus. C’était une première pour moi. Nous avons tellement aimé ça que nous avons répété l’expérience encore deux fois dans la semaine qui a suivi (et j’étais tellement contente d’entendre la serveuse dire que mes enfants étaient adorables et bien élevés. Bah oui, ils lui ont dit merci à chaque fois qu’elle nous apportait quelque chose sur la table et quand ils avaient terminé de manger, ils rangeaient leurs couverts dans leurs assiettes!).

♣ Que la saison des anniversaires à la maison commence! Il y en aura un tout les mois à partir de novembre (dans l’ordre : Valentina, Alexander et moi).

♣ Partager un mate (lire maté) avec the Husband, lovés sous un plaid devant notre série Netflix chouchou du moment, « the haunting of hill house » (elle est parfaitement interprétée et en plus, on retrouve Michiel Huisman que nous avons connu dans game of thrones avec son rôle de Daario Naharis).

♣ Et un, et deux, et trois articles! Un troisième article de mon blog a été repris sur le site du Huffington Post (c’est le début de la gloire les gars! Vous pouvez le retrouver ici).

Et vous alors, quels sont vos petits bonheurs qui rendent la vie meilleure? Bon week-end à vous!

Baby Alexander·Baby Tobias·Baby Valentina·Découvrez l'Allemagne avec moi·La vida de Lindanita

Enfants d’expatriés

IMG_3529

Si vous me suivez depuis un moment sur le blog ou si nous discutons sur les réseaux sociaux, vous devez sûrement connaître mes enfants. Je ne pensais pas devoir écrire un jour ce genre d’article sur le blog mais mon petit garçon, l’aîné de la fratrie, a vécu cette semaine quelque chose qui m’a remuée et surtout, qui a fait remonter des souvenirs de moments anodins qui ont un goût amer à présent.

Alexander, Valentina et Tobias sont ce que l’on appelle des enfants Erasmus. Hein? Mais qu’est que c’est que ça Erasmus? Le programme Erasmus consiste en un échange d’étudiants entre les différents pays ayant signé l’accord. Cela comprend les vingt-cinq pays européens, ainsi que l’Islande, la Suisse, le Liechtenstein la Norvège, la Bulgarie, la Turquie et la Roumanie. Donc oui, vous avez tout compris, j’ai connu the Husband lors de mes études. C’était en 2006 à Stuttgart et j’avais vingt ans. Sans ce programme, nous ne nous serions pas rencontrés et nos enfants ne seraient pas là aujourd’hui. Jusque là, c’est une belle histoire n’est-ce pas? Du même style que « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». De 2007 à 2009, nous avons vécu au Chili, pays de the Husband. Ensuite, nous sommes venus nous installer en Allemagne pour le doctorat de mon mari, doctorat qui a débouché sur un travail.

Après quelques années, nous avons eu notre premier enfant, un petit garçon qui est arrivé le jour de Noël. Nous ne pouvions pas espérer un plus cadeau en cette période de l’année. Sa petite soeur est arrivée deux ans plus tard et leur petit frère un peu plus de deux ans après.

La première réflexion que nous avons eu en tant que parents « non allemands » que je n’oublierais jamais, c’était une remarque de la sage-femme qui devait nous accompagner après mon premier accouchement et avec qui nous avions choisi de prendre des cours de préparation à l’accouchement. Quand elle s’est mise à parler de ce que devait manger la mère si elle voulait allaiter son enfant : « alors vous éviterez tout ce qui donne des gaz comme le brocoli, le chou fleur, les petits pois ou bien les haricots… ». Et hop, petit sourire en coin vers the Husband : « oh, mais votre enfant n’aura pas de problème hein, c’est commun dans votre pays de manger des haricots alors il s’habituera vite! ». What? Non mais elle s’est bien rendue compte de ce qu’elle disait, de ce qu’elle faisait? Notre enfant n’était pas encore né qu’elle disait qu’il était différent, comme ça, tranquillement devant un groupe de futurs parents (et en plus, ce n’est pas parce que l’on dit « chili con carne » que c’est chilien, c’est une recette mexicaine… A bon entendeur). Et cela n’a été que le début.

Parce que nos enfants sont des enfants de parents étrangers, des « non allemands », nous devons faire face de manière consciente ou non à beaucoup de situations pas forcément agréables.

Pour vous redonner le contexte, the Husband est chilien, je suis française et nous vivons en Allemagne. Nos parents respectifs vivent au Chili et en France. Logique. C’est là que cela devient triste. Nos enfants connaissent leurs grands-parents surtout grâce aux appels vidéos sur whatsapp ou bien les visites de deux semaines en été ou bien à Noël. Au jardin d’enfants, quand il y a un événement avec les grands-parents, ils n’y vont pas, parce que opa et oma (papy et mamy en français) ne vivent pas dans la même ville que nous, pas dans le même pays que nous, pas sur le même continent que nous. Ils les réclament souvent mais à part les avoir au bout du fil, nous ne pouvons pas leur donner plus qu’une voix ou une vidéo pixelisée. Les parents de the Husband ne connaissent Tobias que grâce à des photos…

Parce que nos enfants vivent dans un pays qui n’est pas celui de the Husband, un pays qui n’est pas le mien non plus, ils ne grandiront pas avec ce que nous avons connu durant notre enfance : les chansons apprises à l’école, les bonbons achetés à l’épicerie du coin, les fêtes du 14 juillet ou du 18 septembre (jour national au Chili), les plats typiques préparés par mamy lors des vacances chez elle, la crème de marron ou bien le manjar (lire mannrrar, la confiture de lait au Chili) à toutes les sauces, les comptines de notre enfance, les dictons intraduisibles ou n’ayant aucun sens en allemand…

A la maison, nous avions décidé de ne parler qu’espagnol (latino) car the Husband ne parle pas couramment le français et c’était plus facile pour tout le monde (j’en parlais plus en détails ici). Mais comme Alexander présente encore des difficultés pour s’exprimer correctement en allemand, j’ai pris sur moi et sur mon allemand loin d’être correct pour ne lui parler que dans cette langue. Il en va de même pour Valentina pour qu’elle ne se sente pas mise à part et surtout pour qu’elle puisse discuter ensuite sans problème avec son grand frère. C’était contraignant au début mais nous avons vite pris le pli et ça a l’air de porter ses fruits. Mon grand va aussi une fois par semaine chez l’orthophoniste pour qu’il puisse discuter en toute tranquillité pendant une heure avec quelqu’un qui parle allemand et qui essaie de l’aider à surmonter ses blocages dans cette langue. Nous avons été obligés de prendre ces mesures parce qu’au mois de septembre, nous avons eu un entretien à l’école où il est inscrit pour la rentrée l’année prochaine. Selon le médecin qui nous a reçu, Alexander ne peut pas rentrer à l’école avec le niveau d’allemand qu’il a. Cela a été un choc pour lui car il se réjouissait depuis des mois de rentrer à l’école. Pour en revenir à l’incident dont je vous parlais en introduction, mardi, mon fils est revenu du jardin d’enfants en pleurs parce qu’un autre enfant lui avait dit « Dummkopf » (lire doumkopff, en français, imbécile). En soi, ce n’est pas une grosse insulte mais Alexander a eu énormément de mal à s’en remettre. Il n’arrêtait pas de pleurer. Je lui ai dit qu’il devait me donner le nom de l’enfant qui l’avait insulté pour que j’en discute avec ses éducatrices afin de mettre les points sur les i le plus vite possible. Il a commencé à me dire des noms improbables, il a même cité ses amis et, les connaissant bien, c’était impossible pour moi que ce soit eux. Plus je lui demandais, plus il se renfermait sur lui-même et il est finalement entré dans un mutisme qui a duré toute la soirée. Durant la nuit, il s’est même réveillé en pleurs plus d’une fois, chose qui ne lui arrive jamais. Il avait vraiment pris cette remarque à coeur. Plus il grandit et plus les autres enfants du jardin d’enfants lui font sentir qu’il est différent, qu’il n’appartient pas à ce pays dans lequel nous vivons. Quand il y est rentré, il n’a eu aucun problème pour se faire des amis, tout le monde voulait jouer avec lui parce qu’il était partant pour tout, personne ne le mettait de côté parce qu’il était un enfant d’expatriés. Mais plus ça va, plus d’anciennes fréquentations lui tournent le dos : « kein spanisch » (lire caïne schpaniche, se traduisant par pas d’espagnol) ou bien encore « du bist nicht mein Freund » (dou biste nichte maïne freuynde, tu n’es pas mon ami). Je soupçonne les parents de ces enfants d’être coupables de ce rejet soudain parce que c’était des amis qu’il avait depuis des années.

The Husband et moi avons nos coutumes, nos traditions, nos façons de faire et de penser pour l’éducation de nos enfants, le tout en nous basant sur ce que nous avons vécu quand nous étions nous-même enfants. Ici en Allemagne, rien n’est acquis pour notre trio, pour nous, tout est une découverte (ou presque tout). Jusqu’à leur entrée en cp (ou son équivalent plutôt), les enfants n’ont pas de vacances fixes. Si nous décidons de partir en vacances, nous pouvons choisir n’importe quelle date, ce n’est pas un problème. C’est chouette non? Pas vraiment, parce que cela signifie que dans leur jardin d’enfants, ils ne font pas grand chose à part se sociabiliser avec les autres enfants et jouer avec eux. En tant que parents, nous devons leur apporter la matière dont ils ont besoin pour pouvoir rentrer en école primaire. Comme je le disais un peu plus haut, ce ne sont pas nos coutumes donc nous ne savons pas sur quel pied danser, nous ne savons pas quoi faire exactement pour les aider. Pour les éducatrices, c’est quelque chose d’acquis : « mais tout le monde le sait madame! ». Bah non, je ne le sais pas moi, sinon je ne vous poserais pas tant de questions enfin!

Aujourd’hui jeudi (jour de l’écriture de ce paragraphe), une des éducatrices de mon fils est venu me dire ce qui s’était passé en classe suite à la discussion que nous avons eu en début de semaine à propos de l’insulte qu’il avait reçu ainsi que l’intimidation qu’il y avait derrière. C’était au tour d’Alexander de compter le nombre d’élèves dans la classe. Sa langue a fourché et il s’est « trompé ». Apparemment, un élève l’a repris de manière ironique : « oh l’autre, il sait pas parler! C’est pas comme ça qu’on dit! » et l’éducatrice, au lieu d’apprendre le respect aux enfants a réagi de façon typiquement allemande : « non machin (je ne sais pas le nom de l’élève), sa langue n’a pas fourché, il sait juste plus de choses que toi, et dans des langues différentes alors maintenant tu te tais parce qu’il est plus fort que toi! ». Et lui apprendre le respect à cet enfant, ce ne serait pas mieux? Et lui expliquer qu’à la maison, Alexander parle espagnol parce que son papa est chilien, ce ne serait pas plus intéressant comme réponse? Je trouve ça très nocif de vouloir rabaisser un enfant pour en féliciter un autre. Cela me rappelle un autre test qu’avait passé Alexander au jardin d’enfants (un test avant celui que je vous ai évoqué plus haut). Il fallait qu’il rentre dans des cases, ces fameuses cases dans lesquelles tout le monde veut nous mettre. Il  n’avait pas eu les points nécessaires parce qu’un enfant lui avait pris une petite voiture des mains et il n’avait pas réagi en disant « oh mais ça ne va pas, c’est pas à toi, c’est à moi! ». Tout de suite ce besoin d’attaquer, ce besoin d’appartenance, ce besoin de rabaisser l’autre pour se sentir mieux. Nous avons eu un compte rendu de ce test avec the Husband avec les éducatrices lors d’un rendez-vous. Nous étions outrés de constater que pour avancer dans la vie en Allemagne, il fallait développer la technique du « moi je ». C’est effroyable mais pourtant vrai. S’en est suivie une discussion houleuse entre the Husband et une éducatrice. L’Allemagne est le pays dans lequel nos enfants vont grandir et ils vont être formés de cette manière. Cela me brise le coeur, vraiment. Nous essayons au mieux de leur inculquer le respect, le partage, la gentillesse, l’empathie et la politesse selon les situations auxquelles ils sont confrontés et cette éducation va à l’encontre de nos convictions. C’est difficile de faire comprendre ça à l’éducation nationale mais aussi à nos enfants puisqu’à cause de ça, ils sont vus comme des parias au jardin d’enfants. Nous sommes vraiment le cul entre deux chaises : rester camper sur nos idées ou bien nous fondre dans le moule pour que nos enfants ne souffrent pas et renier nos idées les plus profondes. Il ne faut pas s’étonner ensuite que les expatriés veuillent se retrouver entre eux s’ils se sentent marginalisés par la société du pays dans lequel ils ont choisi de s’installer.

L’expatriation, cela en fait rêver plus d’un mais ce n’est pas toujours facile, surtout lorsque l’on essaie de fonder une famille. J’espère que nous trouverons rapidement des réponses à nos doutes et des solutions aux problèmes auxquels les enfants sont confrontés. Je veux que mes enfants sachent qu’ils sont différents, spéciaux et uniques, mais dans le bon sens du terme. Ils ne doivent pas croire tout ce qu’ils entendent sur eux car cela leur fera plus de mal que de bien. Mais si cela arrive, je leur expliquerais ce qu’ils doivent faire pour aller de l’avant et s’aimer tels qu’ils sont car ils sont riches d’une culture plus ouverte au monde, car ils sont les citoyens de demain et parce que je crois en eux.

La vida de Lindanita·Ma sclérose en plaques et moi

Ma sclérose en plaques et moi : trois ans après le diagnostic, où j’en suis?

hummingbird-plants-cropped_133765787.jpg

L’autre jour en allant sur l’application timehop sur mon iphone, celle-ci m’a proposé des photos souvenirs. Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai vu la photo de cette chambre d’hôpital avec une Valentina encore toute petite dans sa poussette. The Husband était venue la chercher pour que le neurologue puisse me faire une ponction lombaire, dernier examen nécessaire pour confirmer les suspicions qu’il avait. Cela faisait donc déjà trois ans que le diagnostic de ma maladie était tombé. Le temps passe définitivement trop vite. Trois ans qu’un rosier plein d’épines avait décidé de s’installer en moi.

Et maintenant alors, où j’en suis après ces trois années passées?

♣ Je suis plus à l’écoute que jamais de mon corps et je sais dire merde au monde médical si c’est nécessaire. Avant que la maladie ne se déclare, dès que j’avais quelque chose, le nez qui coule, un mal de gorge, mal au ventre et j’en passe, j’avais tendance à aller bien trop facilement chez le médecin pour avoir des médicaments. Je ne me croyais pas capable de comprendre ce qui m’arrivait et de me soigner de manière naturelle et intelligente (ce qui est souvent bien plus facile que ce que l’on peut croire!). Du coup, mes placards étaient encombrés de médicaments à peine utilisés parce que je ne finissais jamais les traitements ou ou bien périmés car je n’osais pas les jeter de peur de manquer (bien bien bien…). Maintenant, je suis enrhumée, je bois des litres de thé. Des brûlures d’estomac? Un peu de bicarbonate de soude mélangé à de l’eau et hop, cul sec! Si je suis fatiguée, je n’abuse plus de ma santé en forçant plus que nécessaire. La dernière fois que je l’ai fait, j’ai failli perdre la vue du côté droit. Qu’est-ce que cela peut faire si le ménage n’est pas fait de façon impeccable hein? Le nettoyage des vitres attendra demain. On peut bien manger une pizza congelée, j’ai cuisiné hier et la veille aussi. En trois ans, j’ai fait deux grosses poussées et quelques autres un peu plus douces car je les sentais arriver, je pouvais donc les contrôler : la vue qui se brouille, le dessous de la paupière qui gratte, le pouce et l’index qui s’engourdissent au point de ne plus pouvoir ouvrir un pot de confiture toute seule, des soubresauts au niveau des jambes en pleine nuit. Je n’ai pas repris le traitement que j’avais commencé après l’annonce du diagnostic et finalement arrêté depuis la grossesse de mon troisième enfant. En étant à l’écoute de mon corps, j’estime que cela n’est pas nécessaire pour le moment. C’est là que le bât blesse pour mon neurologue et la conseillère qui est censée m’aider et être à l’écoute de mes besoins. Il est inadmissible que je ne veuille pas le reprendre, je mets ma vie en danger, je suis inconsciente et vu que je ne suis pas médecin, je ne sais pas ce qui est le mieux pour moi. Mais si mon con, je sais très bien ce qui convient le mieux à mon corps pour me sentir en forme et je sais très bien que tu aimerais que je m’inflige ce traitement qui me rend encore plus malade pour remplir un peu plus ton portefeuille. C’est pour ça que je t’ai dit non, que je t’ai dit merde même quand tu es devenu trop insistant. Et puis j’ai dit merde aussi à cette conseillère qui m’appelait régulièrement pour me faire parler de ce mal-être qui devait m’habiter à cause de la maladie. Non, je vais bien et je ne suis pas au bord du suicide, loin de là. Après avoir pensé pendant des années que le corps médical avait la science infuse, j’ai décidé de prendre ma santé en main et elle me dit merci (pour le moment en tout cas, je n’ai, moi-même, pas réponse à tout). J’ai pris mon traitement pendant environ six mois et il m’a laissé des séquelles, surtout du côté hormonal. Ma peau est devenue sèche, terriblement sèche et malgré toutes les crèmes que j’ai pu acheter pour l’hydrater, elle craque et saigne, surtout au niveau des mains. Mes mains sont tellement sèches que the Husband me dit souvent que je lui fais un peeling dès que je le touche et cela ne doit pas être agréable pour mes enfants de recevoir mes caresses pour les réveiller si mes mains sont aussi dures et piquantes qu’un bout de bois. Et puis quand mes règles sont là, je ne contrôle plus rien, on dirait une femme hystérique. Je passe du rire aux larmes en un quart de seconde, je m’énerve pour un rien, j’ai envie de tout casser, je veux aller me réfugier sous ma couette pour hiberner et surtout, j’ai très très mal au ventre au point de me tordre de douleur et de hurler. Avant le traitement, je n’ai jamais senti de telles choses quand j’avais mes règles. Quand j’ai parlé de ces symptômes à mon neurologue et ma conseillère, vous imaginez bien leur réponse : « mais madame, voyons, ce n’est que dans votre tête! Vous irez mieux si vous prenez le traitement et le reste, c’est parce que votre corps change, vous vieillissez! ». J’en ai pleuré de rage pendant des semaines. Non, ce n’est pas dans ma tête, je suis encore jeune quand même, je vais avoir 33 ans l’année prochaine et je vis cette situation au quotidien. J’aimerais que quelqu’un reconnaisse un jour que ce traitement m’a fait plus de mal que de bien et surtout, recevoir des excuses pour m’avoir laissée dans cet état. Certains jours, je me sentais (et je me sens toujours) comme un rat de laboratoire quand je constatais l’état de mes mains.

♣ J’aime enfin mon corps tel qu’il est (malgré la sécheresse de ma peau)J’ai perdu du poids, non pas à cause de la maladie, mais à cause d’une nouvelle alimentation. Aux alentours du mois d’avril, j’ai commencé à changer ma façon de manger. Rien ne me faisait envie, les enfants étaient difficiles à satisfaire et j’avais beau essayer de faire de nouveaux plats, ils ne voulaient rien goûter. Tout ça m’a donné envie de déserter la cuisine. Pendant quelques semaines mes repas se résumaient à des légumes cuits ou de grandes assiettes de crudités, du thé et de l’eau. Je prenais tout de même un copieux petit-déjeuner qui me faisait tenir une bonne partie de la journée : un grand café au lait avec des viennoiseries, du pain noir ou blanc selon mes envies avec du beurre et parfois même une part de gâteau que j’avais fait la veille. Non non, je ne suis pas devenue anorexique, ne vous inquiétez pas! J’ai senti comme un besoin de renouveau dans mon assiette. Parce que j’avais perdu du poids, j’ai dû m’acheter de nouveaux sous-vêtements. La dernière fois que j’avais acheté de la jolie lingerie, c’était avant ma première grossesse, soit plus de cinq ans! J’ai été plus qu’heureuse de voir qu’avec des vêtements à ma taille, je n’étais pas si vilaine à regarder et j’ai finalement commencé à aimer mon corps malgré les défauts que je lui trouvais les mois auparavant. Ils sont toujours là et ils ne me gênent plus (ou beaucoup moins). Ces changements alimentaires ont porté leurs fruits sur du long terme car maintenant je mange très peu de produits laitiers et je supporte peu les produits trop sucrés ou simplement sucrés. Après mon tatouage l’autre jour, je suis allée chez starbucks me servir un white mocha frappuccino, je n’y étais pas allée depuis l’hiver dernier. J’adorais cette boisson auparavant. Cette fois-ci, j’ai eu des hauts-le-coeur et je n’ai pas pu le finir. Comme quoi, ce point renvoie au tout premier que j’ai évoqué dans cet article : je suis à l’écoute de mon corps et de mes besoins et je me sens bien mieux.

♣ J’ai fait du changement dans ma garde-robe et je me suis fait couper les cheveux. Pendant longtemps, j’ai eu un style passe-partout, tee-shirt, jeans et baskets, cheveux mi-longs sans vraie coupe. Et puis j’en ai eu marre d’être invisible. J’ai commencé à inclure des pièces plus colorées dans mon dressing, de plus en plus de fleurs, de pantalons près du corps et surtout, des jupes et des robes. Je vis toujours en baskets mais bon, avec trois enfants, c’est plus pratique! Et puis ma no coupe, il fallait que ça change aussi, ça n’allait pas avec ce que je portais. Je suis allée chez la coiffeuse de mon quartier plutôt que le salon ultra hype avec de la musique bien trop forte et j’en suis sortie ravie. La coiffeuse avait totalement compris ce que je voulais : un carré un peu dégradé avec la typique mèche sur le côté que j’avais quand j’étais plus jeune. J’ai même demandé à ce qu’elle me coupe les cheveux encore un peu plus courts, je voulais voir la différence, je voulais un renouveau capillairement parlant. Cette nouvelle coupe m’a donné un regain d’énergie, je me sentais comme la maman que je voulais être depuis toujours : là pour ses enfants, pleine de vie et jolie aussi.

♣ Je me suis fait tatouer. Vous n’êtes sûrement pas passés à côté de l’information si vous me suivez sur les réseaux sociaux ou si vous avez lu mon dernier article. Il y a des moments dans la vie qui ont besoin d’être inscrits pour toujours et j’ai choisi de le faire grâce à deux tatouages. C’est bête à dire mais depuis que je les ai, je me sens enfin complète. Je vous invite à lire ici mon article qui leur est consacré.

♣ J’ai repris la conduite. En novembre, cela fera un an que je suis retournée sur les routes derrière un volant. Si vous m’aviez dit ça avant que ma maladie ne se manifeste ou bien encore un an après le diagnostic, je vous aurais ri au nez. Quoi? Moi? Conduire à nouveau? C’est impossible voyons, j’ai la phobie de la conduite! Mais the Husband a su me convaincre, il a aussi trouvé le modèle de voiture parfait pour que je puisse me sentir en sécurité afin de bouger avec mes enfants sans stresser (ou presque). J’ai encore certaines appréhensions pour aller sur la quatre-voies mais je compte bien essayer très vite d’y remédier pour me déplacer enfin sans contraintes. Chaque chose en son temps!

♣ Je ne peux plus vivre sans plantes chez moi. Tout a commencé avec une orchidée soldée dans un coin d’un magasin, pour essayer, comme ça, si elle voulait se refaire une santé à la maison. Et puis de fil en aiguille, je suis passée d’une orchidée mal-en-point à plus de trente plantes à la maison. Avoir une jungle urbaine chez moi, c’est ce dont j’ai besoin pour me relaxer, me ressourcer et m’apaiser. Je suis énormément fière de mes enfants et de mon mari mais quand j’invite du monde à la maison, je ne peux pas m’empêcher de présenter mes plantes à nos invités. Certaines personnes diront que je suis folle mais je ne peux pas m’en empêcher. J’avais jusqu’au début de l’été quatre medinillas magnificas à la maison mais elles ont eu des problèmes de santé, les feuilles ont commencé à tomber puis les racines ont pourri, sans explication aucune. J’ai pleuré quand je me suis résolue à les mettre à la poubelle et j’ai eu le coeur lourd pendant des jours en regardant leurs pots vides.

♣ Je ne supporte plus la chaleur. Je vous avais déjà dit il y a deux ans dans cet article que je n’aimais pas l’été. Cela s’est accentué avec ma sclérose en plaques. Cette maladie et la chaleur ne sont pas vraiment compatibles. « La chaleur n’a pas d’influence sur l’évolution de la sclérose en plaques. En d’autres termes, elle ne provoque pas de nouvelles poussées ni d’aggravation de l’évolution de la maladie. Par contre, elle augmente la fatigue des patients. Les symptômes liés aux troubles de l’équilibre, aux troubles du système locomoteur (les mouvements), aux troubles de la vue, etc. peuvent temporairement s’aggraver. Ce phénomène est transitoire : dès que le corps s’est rafraîchi, les symptômes régressent et tout rentre dans l’ordre en quelques heures » (source). Au début, je ne comprenais pas pourquoi j’étais grognon et si fatiguée cet été alors que j’étais enfin en paix avec mon corps, je n’avais pas honte de le montrer (je voulais le montrer même) et je voulais profiter du beau temps pour exhiber ma nouvelle garde-robe. J’avais le plus grand mal à me lever le matin et je préférais glander dans mon canapé plutôt que de ranger, cuisiner ou même regarder la télévision. Heureusement, j’arrivais quand même à positiver et cela me motivait pour aller de l’avant mais je n’ai jamais été autant cernée de ma vie!

♣ Je ne veux plus d’enfants. Notre famille est complète avec trois enfants. The Husband se verrait bien avec un petit dernier dans quelques années, mais moi, pas du tout. Ma sclérose en plaques s’est déclarée après ma deuxième grossesse. J’ai eu une poussée dix mois après mon accouchement et j’en ai vécu une deuxième à la date « anniversaire » après mon troisième accouchement. Entre-temps, c’était plus de la fatigue qu’autre chose, des mini poussées qui partaient comme elles étaient venues en me reposant. Je sais gérer ma vie au quotidien sans problème, je sais comment réagir quand me suis fatiguée mais qu’arriverait-il si je tombais de nouveau enceinte? Si j’accouchais et qu’une nouvelle poussée « anniversaire » pointait son nez, plus violente que les deux premières? Je ne peux pas me permettre de vivre ça alors que nous avons enfin trouvé un équilibre de vie de famille. Si j’avais une poussée plus forte que les autres, je pourrais rester avec des séquelles à vie et cela serait une catastrophe pour nous. Je ne veux pas que mes enfants connaissent une maman diminuée à cause d’une maladie. Oui je sais, la grossesse et l’allaitement « protègent » le corps des femmes contre de nouvelles poussées mais après? Si c’était la poussée de trop?

Vous pouvez retrouver tous mes articles parlant ou évoquant ma sclérose en plaques ici.

Baby Alexander·Baby Tobias·Baby Valentina·La vida de Lindanita·Ma sclérose en plaques et moi

Harry Potter, des pivoines et un colibri

IMG_2639.JPG

Lundi, je me suis fait tatouer. C’était le 17 septembre. Mon chiffre fétiche, c’est le 17, depuis toujours (je suis née un 17, j’ai connu mon mari un 17, Tobias est né le 2 avril 2017 à 1h17 pour vous donner quelques exemples). C’était mes premiers tatouages.

En avril dernier, j’ai laissé un message sur la page facebook des Français de ma ville pour savoir si quelqu’un connaissait un bon tatoueur dans ma région. J’ai eu seulement une réponse mais c’était tout ce dont j’avais besoin. On me conseillait d’aller voir Jesica Perez, une Argentine qui porte le surnom de Necro Noir sur instagram et qui faisait un travail d’une finesse absolue. Son trait si fin et la poésie qui se dégageait de ses précédents tatouages était exactement ce que cherchais. En plus, elle parlait espagnol, j’allais donc pouvoir expliquer dans les moindres détails ce que je voulais vu que c’est une langue que je parle au quotidien, encore plus que l’allemand. J’avais cinq mois pour regrouper et organiser les idées que j’avais en tête depuis des mois, voire des années.

Depuis mon adolescence, j’ai toujours pensé qu’un jour je me ferais tatouer sans jamais sauter le pas. Plus jeune, j’aurais pu me faire tatouer sur un coup de tête, comme la fois où je me suis fait percer le cartilage d’une oreille dans une bijouterie avec un pistolet (les erreurs de jeunesse, tout ça…). Et puis cette idée m’a quitté quand j’ai connu the Husband… avant de revenir de façon très forte l’année dernière sans crier gare. J’étais une femme, une épouse et une mère accomplie, une rose pleine d’épines mais belle à sa manière s’était implantée au creux de mois depuis un peu plus de trois ans (je parle de ma sclérose en plaques au cas où vous ne l’auriez pas compris) et cette envie de tatouage est devenue viscérale, pendant des semaines, je ne pensais qu’à ça.

J’en ai discuté avec the Husband pour savoir ce qu’il en pensait. Il  n’était pas très fan de l’idée mais comme il voyait que je ne lâchait pas l’affaire, il s’est rendu compte que j’en avais « besoin » (entre guillemets le mot besoin, il ne faut pas abuser non plus) et il m’a ensuite soutenu dans ce projet. Le jour du rendez-vous venu, il a même pris sa journée (grâce à des heures supplémentaires qu’il avait fait les semaines auparavant) afin de rester avec les enfants à la maison le temps de mon rendez-vous.

J’ai énormément échangé sur instagram avec Jesica durant les cinq mois avant mon rendez-vous pour savoir si mes idées étaient réalisables ou non. Elle s’est toujours montrée très ouverte d’esprit et de bon conseil. Le jour venu, je suis arrivée avec mes petits montages photoshop et des dessins qui m’avaient inspirée. Elle a pris en photo ces illustrations que j’avais avec moi et elle les a envoyées sur son ipad pour les travailler afin de me proposer quelque chose qui pourrait me plaire. Sa dextérité était incroyable, j’ai été éblouie. En moins de dix minutes, elle avait su capter parfaitement ce que je voulais pour mon premier tatouage, le plus grand des deux.

Ce premier tatouage, c’est un colibri et trois pivoines. Pourquoi ces deux éléments? Pour les pivoines, vous devez vous en douter, j’ai trois enfants, trois pivoines. Ces fleurs aux milles pétales sont superbes et elles sont un symbole de richesse. Quand je regarde mes enfants, je me dis que je suis riche d’un amour ineffable que je n’échangerais contre rien au monde. Et le colibri? Tout d’abord, c’était une façon pour moi de m’ancrer au Chili, mon pays d’adoption car on retrouve cet animal dans le Sud du pays et the Husband vient justement de Puerto Varas, ville qui se trouve bien au Sud de ce pays d’Amérique Latine. Et puis le colibri, c’est aussi le symbole de la résurrection. Cet oiseau semble mourir lors des nuits froides mais revient toujours à la vie au lever du jour. C’est un sentiment que j’ai ressenti lorsque l’on m’a annoncé ma maladie il y a trois ans. J’ai pensé mourir avant de me relever plus forte que jamais. Et puis, le colibri peut voler en arrière. Cette particularité évoque la faculté de regarder vers le passé, tout en continuant avec sa vie. Il symbolise la faculté du coeur à s’ouvrir à nouveau et à se soigner malgré les blessures, tout en continuant à aller de l’avant. Un autre symbole du colibri est celui de la joie de vivre et du bonheur. Il rappelle qu’il faut profiter des plaisirs de la vie et s’amuser, comme le colibri le fait en recherchant constamment à boire les nectars les plus délicieux des fleurs. Étant d’incroyables oiseaux migrateurs, ils peuvent parcourir des milliers de kilomètres. Le colibri symbolise également la persévérance et la ténacité dans la poursuite de ses rêves. Le colibri, c’est vraiment moi. Tout ce qu’il représente, c’est moi et the Husband aussi. Ce tatouage, c’est moi, c’est eux, c’est nous, c’est ma famille.

Et puis le deuxième tatouage, pour les potterheads qui passeraient par là, vous avez sans doute reconnu le symbole des reliques de la mort. Pour ceux qui ne sont pas à la page avec Harry Potter, les reliques de la mort, ce sont trois éléments qui apparaissent dans le septième roman de la saga du sorcier à lunettes : la baguette de sureau, plus puissante baguette magique jamais fabriquée, La pierre de résurrection, pouvant ramener les morts à la vie et la cape d’invisibilité, dissimulant son porteur aux yeux de quiconque. Normalement, le cercle est centré au milieu du triangle et le trait traverse de haut en bas le triangle sans en sortir. J’ai choisi de le faire un peu différemment, comme une esquisse à la va-vite sur sur un bout de papier. C’est pour cela que le cercle sort du triangle et les deux côtés du triangle descendent un peu plus bas que la base, de façon à former un a majuscule de manière très discrète. Ce tatouage est à première vue un hommage à Harry Potter et à son monde magique mais il a aussi un message caché. Les trois éléments représentent mes enfants et le a que l’on devine à peine est l’initiale de notre nom de famille.

Quand je suis passée sous l’aiguille, est-ce que j’ai eu mal? Eh bien non, presque pas. C’était la même sensation qu’une griffe de chat. Cela vient sans doute du fait que je n’ai pas fait remplir beaucoup de surface et mes deux tatouages ont des lignes très fines. Et puis nous n’arrêtions pas de discuter de tout et de rien avec Jesica : nos vies d’expats, l’éducation de nos enfants, la vie en Allemagne ou bien encore l’amitié en Allemagne pour ne citer que ces thèmes. Je n’ai pas vu le temps passer. Je me suis tout de même surprise à lui dire : « je suis juste en train de me rendre compte que tu es en train de marquer ma peau pour la vie ». C’était un peu comme une révélation alors que bon, c’est logique non? Au début, j’étais venue avec l’idée de combiner les deux motifs dans un seul tatouage et au final, nous les avons mis à deux endroits différents pour une meilleure esthétique. Comme quoi, je ne fais pas les choses à moitié : je voulais un tatouage et au final, j’en ai fait deux! Je ne regrette pas du tout ma décision et j’adore mes tatouages autant que ma tatoueuse. Elle a rendu ce moment très spécial, je ne l’oublierais jamais, parce que je l’ai un peu dans la peau, elle aussi!

Comme les personnes qui se sont déjà faites tatouer, j’ai déjà de nouvelles idées en tête et je crois que je vais rapidement prendre un nouveau rendez-vous. Et vous alors, racontez-moi tout, êtes-vous tatoués? Si oui, que symbolise vos tatouages? Et pour les non-tatoués, avez-vous envie de passer sous l’aiguille? Je vous souhaite un excellent week-end!

IMG_2614.JPG

IMG_2616.JPG

IMG_2621.JPG

IMG_2624.JPG

IMG_2627.JPG

IMG_2644.JPG

IMG_2652.JPG

IMG_2654.JPG

IMG_2688.JPG

IMG_2693.JPG