Baby Alexander·Baby Valentina·La vida de Lindanita·Lindanita's pregnancy

Etre enceinte de mon troisième enfant, ça a changé quoi pour moi?

IMG_3486.JPG

Etre enceinte d’un troisième enfant, cela ne veut pas dire cette grossesse sera identiques aux deux premières, que l’on sait déjà tout ce qui va se passer, ouh la non, non, non!

♣ Ma réaction face au test positif :

Lorsque the Husband et moi avons voulu commencer à fonder une famille, on espérait que ça allait vite arriver. La toute première fois que je suis tombée enceinte, c’était une grossesse extra-utérine et je l’ai su quelques heures avant d’être opérée en urgence. Alors quand je suis tombée enceinte d’Alexander, j’ai versé toutes les larmes de mon corps en priant que tout soit bien comme il faut, là, sous mon nombril. Pour ma deuxième grossesse, je ne voulais pas reprendre la pilule (je l’avais arrêté trois ans plus tôt) et on s’était dit que de toute façon, je ne tomberais pas enceinte tout de suite. Eh bien si, premier essai et hop, j’étais enceinte! Je l’ai su la veille de notre départ au Chili en famille  donc on savait seulement que j’étais enceinte, mais on ne savait pas où Valentina s’était placée. Tant pis, on fera avec et on avisera sur place si nécessaire. Pour cette troisième grossesse, elle n’était pas du tout prévue, ça a été la surprise totale! En plus, j’étais sous stérilet hormonal donc notre réaction a plutôt été « oups! ». Oui, on voulait trois enfants, mais on voulait se laisser un peu plus de temps pour avoir le petit troisième.

♣ L’annonce de ma grossesse :

Pour Alexander, on a « respecté » les trois mois d’attente avant de le dire à qui que ce soit (superstitieuse un jour, supertsitieuse toujours!). Pour Valentina, certaines personnes « privilégiées » l’on su avant, au tout début même. Finalement pour bébé surprise, je l’ai dit aux personnes à qui j’avais envie de le dire avant les trois premiers mois (bon, pas au jardin d’enfants quand même, juste à une éducatrice d’Alexander), certaines ont même vu une photo de mon test (c’est d’un glam, j’avoue!) et je l’ai ensuite dit au reste du monde quand les trois premiers mois ont été passés. Pour ces trois grossesses, l’annonce a été faite sur les réseaux sociaux et sur mon blog après ces trois premiers mois.

♣ Les réactions face à ma grossesse :

Pour ma première grossesse, tout le monde était content, on recevait des félicitations à tout va. Pour Valentina, les gens nous félicitaient aussi, nous demandaient si on voulait faire la petite soeur (oh my god, c’est quoi cette expression « faire la petite soeur »? Faire la vaisselle oui, la petite soeur non! Allo, calmez-vous un peu les gens!). Pour cette troisième grossesse, je vous avais déjà fait un article ici et franchement, ça vaut son pesant de cacahuètes. La majorité des commentaires que l’on a pu recevoir étaient irritants, décevants ou bien tristes. Ca va hein, on est assez grands pour savoir ce que l’on fait et quand on le fait!

♣ Les commentaires au quotidien :

Pour Alexander, tout le monde était bienveillant : « rholala, ça te va tellement bien, tu es rayonnante! Tu le portes bien! ». Pour Valentina : « tu as l’air fatiguée, ça va? ». Pour bébé surprise : « non mais moi à ta place je… »… Je coupe ces personnes tout de suite parce qu’elles ne sont pas à ma place déjà et si c’est pour entendre « je ne porterais pas autant Alexander et Valentina », « je n’en ferais pas autant que toi », « je ne ferais plus le ménage » et j’en passe et des meilleures, qui le ferais? Sérieusement, je ne vais pas vivre dans un endroit dégoûtant et si je ne le fais pas, the Husband serait encore plus crevé qu’il ne l’est déjà. Et naturellement, ce sont ces personnes aux conseils foireux qui ouvrent bien grand leurs bouches mais qui ne font rien pour m’aider!

♣ Les nausées :

Lors de ma première grossesse, j’étais au bord du gouffre quand les nausées ont pointé le bout de leur nez. C’était abominable, je ne voulais pas vomir, donc réaction super intelligente de ma part, je ne mangeais et ne buvais presque plus rien. Bah oui, on ne mange pas, on ne boit pas, on ne vomit pas, c’est bien connu non? Au final, j’ai dû aller passer quelques jours à l’hôpital parce que j’étais complètement déshydratée et j’ai eu une perf pour m’aider à aller mieux. Pour Valentina, c’était différent. Je savais que si je vomissais, j’allais me sentir tout de suite mieux après donc pourquoi me retenir hein? Si je devais sortir, j’avais toujours dans mes poches des petits sachets en plastique, un paquet de mouchoirs et des chewing-gums. Ca m’a changé la vie de voir les nausées de cette façon, je ne restais pas cloîtrée à la maison, j’osais sortir. Par contre, je savais que si je mangeais telle ou telle chose, j’allais accentuer les nausées donc je faisais quand même attention. Finalement, pour bébé surprise, pareil que pour Valentina. Je savais que j’allais être mieux après donc aucun souci là-dessus. Par contre, elles ont bien duré un mois et demi en plus… Alors si j’avais envie de manger quelque chose qui allait accentuer les nausées, tant pis, je le mangeais quand même parce que zut, quatre mois et demi à faire attention, j’en avais plus que marre! Déjà qu’on ne peut pas manger de sushis ou de saucisson, crotte!

♣ Les envies alimentaires :

Pour Alexander, j’avais surtout des envies de choses salées : viande, frites, pâtes, pain, fromage… et puis des légumes crus, surtout de la salade verte en fait, comme ça, comme un snack, deux ou trois feuilles sans rien. Pour Valentina, c’était plus orienté vers le sucré avec ds gâteaux à la cannelle, du chocolat, des yaourts, des céréales avec du lait. Alors dès que j’ai su que j’étais enceinte une troisième fois et que mes envies étaient plus salées que sucrées, j’en ai vite déduit que j’étais enceinte d’un petit garçon, une nouvelle fois. On commence à connaître son corps quand même au bout d’un certain temps! Aux alentours des fêtes de fin d’année, que ce soit pour mes trois grossesses, je pouvais manger jusqu’à un kilo d’oranges par jour, il faut croire que mon corps me disait qu’il avait besoin de vitamines. A un mois et une semaine du terme pour bébé surprise, je raffole de carottes crues et croquantes, de bâtonnets apéritif au sésame (comme les petits bretzels mais sans tout le sel) et d’eau gazeuse.

♣ Mon physique :

Avec ma première grossesse, j’ai appris ce que c’était que d’être enceinte. Je m’explique : le ventre qui prend de plus en plus de place, la démarche de pingouin, la peau qui tire, la prise de poids. J’ai été essoufflée de temps en temps mais rien d’anormal. J’ai même couru plus d’une fois avec mon énorme ventre pour ne pas louper le tram ou un train lors de nos voyages en amoureux. J’avais le teint frais et reposé, j’avais bonne mine (tu m’étonnes avec les heures de sommeil que je m’enfilais!). Elle était simple cette grossesse finalement! Avec Valentina, ça a été tout de suite plus corsé. La prise de poids a changé deux fois de dizaine (oh my god!), le teint était déjà un peu mois frais parce qu’il fallait que je m’occupe d’Alexander en journée donc ça devenait rapidement sportif, j’ai fait de la rétention d’eau (mes jambes ne ressemblaient plus à rien, des vrais piliers de rugby que je ne pouvais plus plier), j’étais affublée d’un triple menton le dernier mois et mon ventre était beaucoup plus gros qu’avec Alexander. Pour Alex, mon ventre était plutôt « pointu », tout sur le devant, de dos, on ne voyait rien (plus d’une fois des gens qui ne me connaissaient pas se sont étonnés de voir mon ventre de femme enceinte quand je me retournais, c’était drôle!) et pour Valentina, l’envergure de mon ventre dépassait de chaque côté, personne ne pouvait louper que j’étais enceinte. Finalement, pour bébé surprise, le ventre a pris la même forme que pour Alexander, la prise de poids n’a pas encore atteint les dix kilos a presque un mois du terme (tant mieux, parce que durant mon temps libre après l’accouchement, mon sport préféré sera… la sieste!) et mon teint est catastrophique : cernes de trois kilomètres de long, teint gris, joues presque creuses… Elle est loin la première grossesse avec son aura qui te rend belle en toute circonstance!

 ♣ La fièvre acheteuse :

Quand on est enceinte de son premier bébé, on doit tout acheter : lit, armoire, table à langer, petits vêtements, doudou, couches… Et on achète des conneries aussi! « Dani (the Husband s’appelle Daniel), regarde, c’est trop mignon, on est o-bli-gés (oui, enceinte, tu parles comme une dinde dans un sketch de Florence Foresti) de l’acheter! ». Est-ce que c’est la bonne taille? Est-ce que ça va vraiment servir à quelque chose? Nope, mais je m’en fichais royalement, du moment que c’était mignon. Du coup, on a eu des vêtements taille naissance qui n’ont jamais servi parce que c’était trop petit, à la naissance justement. Alexander a eu des jouets avant de naître qui ne l’ont pas du tout intéressé une fois à la maison. Pour Valentina, on a dû acheter un autre lit à barreaux parce qu’Alexander dormait toujours dans le sien (et moins de deux ans entre les enfants, il fallait bien). A un mois près, elle naissait avec presque la même date de naissance que son frère donc on était déjà bien équipé en bodies et pyjamas mais ça ne m’a pas empêché d’acheter des pyjamas et autres petits vêtements mignons en vide dressing ou dans des bourses aux vêtements. Je ne connaissais pas ça durant ma première grossesse, on avait tout acheté plein pot ou bien c’était des cadeaux que l’on avait reçu et ils étaient… taille naissance, donc importables. Pour bébé surprise, on est équipés! Nous ne devons rien acheter (bon, j’ai acheté un doudou quand même, il ne faut pas abuser! Et puis une paire de chaussons pingouin… Mais soldée à 50 cents la paire, comment résister aussi?). On a eu de la chance que nos trois bébés ne naissent pas à toutes les saisons, sinon, ça aurait été compliqué!

♣ Mon temps libre : 

Lors de ma première grossesse, j’avais beaucoup, beaucoup (la répétition est volontaire!) de temps libre quand j’y repense! J’avais le temps de faire des siestes, de faire les magasins à mon rythme, de lire tous les livres possibles et inimaginables sur la grossesse et comment éduquer son enfant. Je me faisais les ongles aussi, je prenais de longs bains, mon ancien blog était plus à jour. J’avais mal dormi la nuit précédente à cause de la lune, un rêve bizarre? Ce n’est pas grave, je faisais une sieste de quatre heures juste après le déjeuner! Durant la deuxième grossesse, je profitais encore des siestes d’Alexander pour en faire moi-même avec le réveil à côté de moi pour ne pas le laisser trop longtemps dans son lit. Les livres sur l’éducation? Oubliés! Je consultais des blogs de mamans, c’était bien mieux. Je lisais quand même de temps en temps un livre lors de mes insomnies. J’avais du temps libre, mais à deux : j’allais faire les magasins avec Alexander vu qu’il était avec moi à la maison. Oubliés aussi les bains, je prenais des douches, plus rapides mais plus souvent. J’ai regardé plein de séries aussi. Et avec cette troisième grossesse? Oublié le temps libre! Non, j’en ai encore un peu mais c’est rare. Alexander fait de moins en moins la sieste donc je dois lui proposer des activités quand il n’est pas au jardin d’enfants. Est-ce que j’arrive encore à lire? Oui, les publicités qui arrivent dans la boîte aux lettres ou bien les sous-titres des séries netflix que l’on regarde le soir, ça ne va pas plus loin. Et puis, si je passe une mauvaise nuit (cauchemars, contractions, insomnies, enfants malades), ma sieste du lendemain, je peux me la carrer où je pense.

♣ Le choix du prénom : 

Pour Alexander, ça a été assez vite. Nous avons fait le tour des prénoms déjà donnés dans la famille et ensuite, on prenait des notes lorsque nous regardions des séries avec les prénoms des personnages mais aussi des acteurs. La signification nous plaisait bien aussi. Pour Valentina, il fallait que ça aille avec Alexander. Nous avons fait attention à la signification du prénom parce qu’avec Alex, c’était comme décrire sa personnalité (après, si c’est son prénom, son éducation, le pays dans lequel il vit qui a joué dans la balance, on ne sait pas). Finalement, pour bébé surprise, ça a été difficile de nous mettre d’accord mais après avoir lu la signification d’un prénom d’acteur d’une série que j’adore, on s’est dit que ça ne pouvait pas être un autre prénom que celui-ci. Il va bien avec les prénoms de son grand frère et de sa grande soeur aussi. C’est moi, à chaque fois, qui ai choisi/trouvé (rayez la mention inutile) le premier prénom, the Husband s’est plus penché sur le deuxième. Nos enfants ne portent que deux prénoms, comme cela se fait au Chili (moi j’en ai quatre et c’est fatiguant de les répéter à chaque fois qu’on me les demande ou bien voir les gens souffler quand je donne le quatrième. Coucou je suis fille unique, j’ai reçu tous les prénoms qui plaisaient à mes parents!).

♣ La nostalgie : 

Pour ce qui est de la première grossesse, après l’accouchement, j’ai été nostalgique de ce ventre rond qui abritait Alexander, de la facilité de la vie qui avait disparu (bah oui, on ne naît pas mère, on le devient, donc bon, ça faisait pas mal de changements en ayant un bébé dans les bras!). Pour la grossesse de Valentina, j’étais plus nostalgique du temps seulement avec Alexander. J’aurais voulu passer plus de temps avec lui, seulement avec lui. Et puis en triant les petits vêtements, je me rendais compte qu’il avait déjà bien grandi et que bientôt, sa petite soeur allait porter, elle aussi, ces mêmes bodies ou bien encore ces pyjamas. Finalement, durant la grossesse de bébé surprise, j’ai surtout été nostalgique de ma vie de couple sans enfants, cette vie où on se retrouvait seulement tous les deux, qu’on profitait de la présence de l’un et de l’autre sans être interrompus par un enfant qui veut un bonbon, un câlin, être changé, qui est malade… Heureusement que nous avons pu partir quelques jours à Dresden au mois de décembre! Et naturellement, penser que c’est le dernier bébé que l’on va avoir, ça fout un coup au moral (coucou, je suis bipolaire!) : nous n’aurons plus de bébé fille et ce petit garçon qui va bientôt agrandir notre famille va porter presque toute la garde-robe d’Alexander, celle qu’il portant quatre ans plus tôt.

♣ La préparation pour la maternité :

Ma valise pour la maternité pour Alexander a été faite au dernier moment, à la va-vite. Il manquait la moitié des choses, the Husband a fait plusieurs allers-retours entre la maternité et la maison avec les listes des choses qui manquait sur des petits bouts de papier. Je n’avais pas internet sur mon portable,  à peine de quoi m’occuper dans la journée, je n’avais pas non plus de veilleuse pour les tétées nocturnes. Le pire, nous n’avions pas préparé l’appareil photo donc les premières photos d’Alexander ont été fait avec un iphone (un iphone 3 en plus, quelle horreur!). Pour Valentina, ma valise était prête au moins un mois avant et comme cette demoiselle n’est arrivée qu’après déclenchement, j’ai eu le temps de contrôler plus d’une fois que tout était bien rangé et surtout, dans la valise. De toute façon, nous vivions à côté de l’hôpital où Valentina est née (le jour du déclenchement, on y est allés à pieds, donc bon…) alors s’il me manquait quelque chose, je l’avais dans la demie-heure qui suivait. Un couple d’amis est venu chercher Alexander à la maison et s’est occupé de lui lors de l’accouchement. De ce côté, être déclenchée, c’est top, on a le temps de prévoir où les autres enfants vont aller. Pour bébé surprise, la valise est déjà prête depuis deux semaines maintenant et j’ai même eu le temps de mettre toute la première saison de « outlander » dans mon ipod touch pour les tétées nocturnes et les journées à la maternité vu que je ne pense pas recevoir beaucoup de visites, de plus, the Husband et les enfants ne viendront pas longtemps me tenir compagnie (Alexander et Valentina n’étant pas du genre à rester en place bien longtemps). Il est fort possible que the Husband reste avec les enfants pendant l’accouchement (tiens, ça me fait penser que je n’ai pas préparer leurs petites affaires au cas ou) si ce bébé décide d’arriver rapidement vu que je veux accoucher de l’autre côté de la ville. Suspens!

IMG_3534.JPG

Et vous alors, les mamans multipares ou futures multipares, vos grossesses ont été aussi différentes les unes des autres que les miennes?

Publicités

13 réflexions au sujet de « Etre enceinte de mon troisième enfant, ça a changé quoi pour moi? »

  1. C’est dingue comme des grossesses peuvent être si différentes! Je n’en ai eu qu’une pour l’instant donc je ne peux pas comparé (mais je souhaite tellement en vivre une autre)
    Mais sur certains points de tes différentes grossesses je te rejoins : j’ai eu la chance de me porter comme un charme et de prendre 11kilos, à 7mois je pouvais facilement courir après mon chien qui se sauvait (hum hum mes voisins hallucinaient!) J’ai eu des envies divers et variées mais les principales étaient des pâtes (même nature mais des pâtes des pâtes encore et encore 😁) et des bonbons acidulés (quand je rentrais du travail un peu plus tard, mon chéri savait que je m’étais arrêtée pour en acheter 😄)
    Pour les nausées ce n’était que le deuxième mois et sinon pendant toute la grossesse uniquement quand on était en voiture et que je ne conduisais pas (mais genre le bout de la rue et c’était cuit je devais prendre le volant… yen a un qui était heureux d’avoir son chauffeur 😆)
    Pour le prénom on a aussi choisi d’en mettre 2 (j’en ai 4 également et je ne remercie pas mes parents!) Mais celui qu’on avait choisi en premier est finalement passé en deuxième!
    Je suis tellement nostalgique de ma grossesse! J’ai très envie de recommencer cette expérience mais quand je vois la terreur que j’ai à la maison et ma patience qui n’a jamais été aussi faible, je me dis que je ne m’en sortirai pas avec deux 😕

    1. Franchement, je te souhaite d’être de nouveau enceinte quand tu te sentiras prête, ton couple aussi. C’est sûr que nos petits monstres nous mettent à rudes épreuves mais tant qu’on est dans le bain, autant continuer et après, ça sera de nouvelles aventures!
      Je t’embrasse :*

  2. Très complet, ton article! Pour ma part j’ai déjà deux petites filles, on sent déjà la différence entre une première et une deuxième grossesse…Je commence une réflexion pour un petit 3ème (mais bon, je trouve que c’est plus difficile à décider que pour le 2ème, avec les aspects logistiques et la fatigue à prendre en compte)(bon, sauf quand c’est une surprise, hein!). C’est intéressant de comparer sur chaque critère! Merci pour ton article.

    1. Merci d’avoir trouvé mon article très complet (j’avoue, je les écris sous plusieurs jours!).
      Les grossesses sont différentes d’une personne à l’autre mais je ne pensais pas que cela pouvait l’être autant pour une même personne! Mais à part avoir des employés qui t’aident toute la journée tel un épisode de Downton abbey, la fatigue aidant, c’est tout de suite différent… Après je ne regrette pas cette fatigue, j’aime tellement voir mes enfants ensemble. Ils me rendent souvent chèvre (surtout avec mon manque de sommeil et la chaleur du moment) mais je ne me verrais plus vivre sans eux!

  3. Pour l’instant, mes 2 grossesses se ressemblent beaucoup même si je ne suis qu’à la moitié pour cette deuxième grossesse ;-) : même prise de poids, mêmes envies, même zénitude, même temps libre (oh, wait ?! rayer la mention inutile :D)… j’ai quand même tendance à beaucoup me fier/comparer à ma première grossesse ;-) Par contre, ce n’est pas la même saison (j’ai accouché en novembre pour la Miss, là, ce sera sûrement en juin/juillet) et c’est la meilleure des excuses pour se faire plaisir niveau vêtements :p

    1. Rholala, quand je pense que tu as accouché il y a peu et il fait si chaud! Je suis contente qu’Alexander et Valentina soient arrivés en hiver et Tobias au printemps. T’es une wonderwoman à mes yeux! :*

    1. J’ai l’air toute jeune? Ah bon? Tu me donnerais quel âge pour que je rêve un peu? Parce qu’avec trois enfants, je me sens tellement vieille, surtout dans le miroir le matin, le temps que ça se défroisse (tu sais, comme dans un sketch de Florence Foresti! ^^).
      Et le quatrième, il n’y en aura pas. J’ai déjà prévenu the Husband. On en voulait trois, on en a trois. Et la sep s’est invitée entre-temps donc je préfère avoir moins d’enfants et en profiter comme il se doit malgré la maladie plutôt que de faire une poussée trop grave et leur faire endurer une maman handicapée toute leur vie.
      Des bisous!

      1. 3 ça me parait déjà un très beau challenge pour moi qui me voit déjà pas trop avec un seul … et oui, tu fais toute jeunette ^^ ! Belle journée à toi :)

  4. Haha moi aussi un double menton vers la fin, d’ailleurs j’ai du refaire mon permis de conduire juste quelques semaines avant la naissance d’Oscar (valable 4 ans dans le Vermont) et donc j’ai une tronche énorme et rougeaude dessus. Génial…

    1. Genre, si tu as un contrôle sur la route ils regardent deux fois ta photo avant de te reconnaître? Rhooo, je suis mauvaise. Non mais sérieusement, quand je regarde les photos de fin de grossesse avec Valentina, je me fais peur!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s