La vida de Lindanita·Viva la musica

Cinq bonnes raisons d’aller seul(e) à un concert

Ed Sheeran blog.jpg

La semaine dernière, je vous disais que j’avais rendez-vous pour la deuxième fois avec Ed Sheeran pour le plus grand concert de sa carrière dans la ville de Hockenheim en Allemagne. Nous étions 100.000 personnes! Ca y est, le concert est donc (déjà) passé depuis presque une semaine et sur le chemin du retour, j’ai pensé et repensé à ce moment mémorable. J’étais sur un nuage (bon j’avoue, je le suis encore!) et, comme pour la dernière fois, j’ai failli ne pas pouvoir y aller. Je suis passée par tous les états possibles et imaginables jusqu’à ce que la bonne étoile qui veille sur moi arrive avec une solution au dernier moment.

Quand je parle de ce concert (et c’est la même chose pour le premier d’ailleurs), on me dit toujours : « oh c’est bien que tu aies pu y aller! Mais tu y étais avec qui? ». Quand je réponds que j’y étais toute seule, comme une grande, mes interlocuteurs sont étonnés : « mais… Mais pourquoi toute seule? ». Eh bien, voici cinq bonnes raisons d’aller seul(e) à un concert!

♣ Ne pas renoncer à un concert parce que personne ne peut nous accompagner

Quand j’ai su qu’Ed Sheeran venait faire plusieurs concerts en Allemagne, j’ai tout de suite voulu y aller. Ed Sheeran est le chanteur que je pourrais écouter pendant des heures et des heures sans me lasser. Il y a ce petit quelque chose de plus que les autres, vous voyez ce que je veux dire? Quand j’ai entendu parler de sa tournée mondiale en 2018, toutes les entrées pour ses dates en Allemagne étaient déjà vendues. Etant une fille têtue et obstinée, j’avais décidé que j’allais voir Edichou en concert, un point c’est tout! J’ai épluché les petites annonces et les sites de reventes de billets. Au début, je cherchais deux places en gradin car je supposais que la fosse ne serait pas un moment de plaisir pour moi (comme diraient les personnes qui ne veulent plus donner un chiffre quand on leur demande leur âge : « on n’est plus tout jeune! ») et puis surtout, c’était l’alternative la moins chère. J’avais trouvé quelques offres intéressantes mais avec the Husband, nous nous sommes vite rendu compte que nous ne pourrions pas y aller tous les deux car il nous était impossible de faire garder nos trois enfants pendant une journée (trop de contraintes). Il m’a alors proposé d’y aller seule pour ne pas louper l’occasion de voir mon chanteur préféré en concert. « Hein? Toute seule? Tu es sûr? » Je n’étais pas très fan du concept à la base. Mais il fallait que je me rende à l’évidence, c’était soit y aller toute seule, soit ne pas y aller du tout. Alors, après avoir pesé le pour et le contre, j’ai enfin cliqué sur le bouton « achat immédiat » de la meilleure offre que j’avais trouvé sur ebay et j’étais sur un petit nuage.

Pour la deuxième date, je n’ai pas hésité une seconde : je m’étais inscrite au mail de rappel de la vente sur le site du revendeur officiel des tickets en Allemagne, j’avais une alarme sur mon portable quinze minutes avant que la vente ne débute, c’était écrit sur le calendrier familial sur le frigo et ma carte de crédit était à côté de moi quand j’ai allumé l’ordinateur. J’étais ready les gars! Même joueur, joue encore : une place en gradin s’il vous plaît. Je n’avais plus qu’à attendre presque dix mois avant de revoir Ed.

♣ Cela permet de connaître de nouvelles personnes

Quoi il faut que je m’explique là? Tu vas seule à un concert pour connaître des gens? Effectivement, cela peut paraître bizarre mais c’est vrai! La première fois, j’ai rejoint la ville du concert en train. J’avais tout bien organisé (je vous rappelle que je suis une control freak) : la chambre d’hôtel pas chère mais bien notée sur internet et le stade desservi par un tram à cinq minutes de ce même hôtel. Sauf qu’il y a toujours des choses qui arrivent sans prévenir : des travaux dans la gare dans laquelle je devais trouver un autre train en moins de vingt minutes. Bien sûr, rien n’est indiqué. J’ai tendu l’oreille et j’ai entendu deux couples d’une cinquantaine d’années parler du même train et puis surtout, du concert. Je n’ai pas hésité et je leur ai demandé de l’aide et me voilà à me retrouver bras dessus, bras dessous avec une des dames et le mari de l’autre qui voulait absolument porter ma valise. Nous sommes montés tous ensemble dans le même wagon pour discuter de tout et de rien jusqu’à arriver à l’autre gare. Et puis dans le premier train, j’étais assise dans un carré. J’avais mon ipod branché sur les oreilles (non, je n’écoutais même pas Ed d’abord!) et j’étais absorbée par le livre que j’avais pris avec moi pour m’occuper sans utiliser mon portable et internet. Tout d’un coup, je sens des petits coups de pied contre ma jambe. La dame en face me regardait et m’a fait comprendre qu’elle voulait me parler. Elle voulait savoir plein de choses! D’où je venais de France (bah oui, la couverture de mon livre était en français), ce que je faisais dans la vie, pourquoi j’étais dans ce train et si je voulais des bonbons. Elle était charmante et nous avons bien ri jusqu’à arriver en gare.

Dimanche dernier, je me suis rendue sur place en voiture. Mais? Tu ne nous avais pas dit que conduire ne te plaisait pas plus que ça? Attendez, je vous explique! J’avais trouvé sur internet une compagnie de bus qui devait passer prendre des passagers dans une vingtaine de villes dont la mienne avant de rejoindre Hockenheim. C’était parfait car cela me permettait ensuite de rentrer juste après le concert chez moi. J’aurais pu y aller aussi en train, c’est sûr, mais c’était plus compliqué que je ne le pensais : il n’y avait aucun logement à un prix correct pour passer la nuit sur place et puis surtout, aucun transport public ne m’emmenait au stade. Moins d’une semaine avant le concert, je reçois un mail de la compagnie de bus me disant qu’ils annulaient tout parce qu’ils n’avaient pas vendu assez de billets. Ils allaient me rembourser (ah beh j’espère bien les gars!) et ils espéraient que j’allais comprendre. Franchement, pas vraiment… non en fait. Ce mail a été une vraie douche froide. J’étais sur le point de pleurer (oui, rien que ça) alors j’ai tenté le tout pour le tout : les petites annonces pour un covoiturage. En premier sur la page facebook des Français de ma ville, puis sur un site d’entraide entre voisins et même sur la story instagram de ma tatoueuse (elle a plus de 20.000 followers) en échange de snickerdoodles si je trouvais un chauffeur. Une fille m’a envoyé un message privé pour me proposer d’y aller avec elle et sa meilleure amie mais elles voulaient dormir sur place et n’avaient pas encore trouvé de logement. Je lui ai répondu que j’étais intéressée (bien évidemment) et que si elles trouvaient un logement pour trois personnes, ça serait encore mieux. Et puis il y a eu ce message de Petra sur le site des voisins. Elle me disait qu’elle allait au concert avec sa fille et qu’elle serait ravie de m’emmener moi aussi. Elles allaient dormir dans un hôtel à plus de soixante-dix kilomètres du stade et elle avait regardé avant de m’écrire, il restait des chambres de libres. C’était vraiment une chance inespérée! Toute cette aventure m’a permis de connaître quelqu’un de ma ville, nous nous sommes très bien entendues et nous allons nous revoir bientôt autour d’une tarte au citron meringuée pour la remercier (parce qu’elle n’a rien accepté de ma part!).

♣ Mettre le quotidien de côté, ne serait-ce que pour quelques heures

Je ne vous le cache pas, être mère au foyer, c’est parfois éreintant. Attention, j’aime être là pour mes enfants et ne rien rater de leurs vies mais cela n’aide pas mon cerveau à prendre du repos. Je pense toujours à ce qu’il faut qu’ils emmènent le lendemain au jardin d’enfants, les sacs à dos sont dans l’entrée la veille au soir, je consulte la météo sur mon portable au moins cinq fois par jour pour savoir comment les habiller le lendemain, j’appelle le pédiatre pour renouveler une ordonnance ou parce qu’ils sont malades, je range régulièrement leurs chambres et leurs placards pour être sûre qu’ils aient tout ce dont ils ont besoin… Et puis il y a aussi la cuisine, la lessive, le repassage, le ménage, les courses, tiens c’est quelle poubelle qui passe aujourd’hui? Je vais deux à trois fois par an chez la coiffeuse, ma manucure n’est pas toujours parfaite et je ne me maquille plus la plupart du temps. Alors aller à un concert seule, cela me permet de prendre du temps rien que pour moi : ne pas courir après les enfants dans un supermarché ou tendre un bras derrière moi dans l’attente qu’une petite main se glisse dans la mienne, mettre une tenue « un peu spéciale » (comprendre une tenue que je ne mettrais pas au quotidien avec trois enfants), me pomponner et me sentir plus femme que maman (on dirait presque que je parle de Cendrillon haha!). Je sais que ma tribu sera entre de bonnes mains, tous les tracas du quotidien pourront bien attendre une journée de plus et moi, je reviendrais avec ce surplus d’énergie dont j’avais besoin.

♣ Lire un livre

Eh oui, pour moi, aller seule à un concert me permet aussi de lire! Que ce soit dans le train, dans la voiture, à l’hôtel ou bien même dans le stade en attendant que le concert commence. En temps normal, je n’arrive pas à engloutir autant de pages d’un livre que je ne le voudrait alors là, j’en profite!

♣ Vivre le concert encore plus intensément

Je suis sûre que certaines personnes vont venir me dire que ce n’est pas possible, que pour profiter d’un concert, il faut être accompagné(e). La performance d’Ed Sheeran en live m’a pris aux tripes. J’étais souvent le souffle coupé et j’ai pleuré plus d’une fois pendant le concert. C’est difficile d’expliquer pourquoi. C’était comme une sensation de flottement, comme si toutes les autres personnes autour de moi disparaissaient et qu’il ne chantait que pour moi (je  ne suis pas folle vous savez!). J’ai laissé parler mes émotions sans me sentir jugée par qui que ce soit et qu’est-ce que ça fait du bien! C’était libérateur, comme si on me retirait le poids que j’avais sur les épaules depuis des semaines, voire des mois. Et puis j’ai aimé observer de temps à autre le reste du public pour voir des inconnus profiter du concert autant que moi. Quelquefois, mon regard croisait celui de quelqu’un d’autre et un sourire se dessinait sur nos visages : un entendement éclair et furtif mais qui en disait long, nous étions simplement heureux.

A votre tour à présent! Etes-vous déjà allé(e) seul(e) à un concert? Comment avez-vous vécu cette expérience? Je vous souhaite un excellent weekend ♥

 

IMG_8900.jpg

Films coup de coeur·La vida de Lindanita·Viva la musica

The greatest showman reimaginated

La semaine dernière en traînant sur instagram et en allant sur le compte de la chanteuse Anne Marie, j’ai pu constater qu’elle avait repris avec James Arthur « rewrite the stars » de la bande originale du film « the greatest showman » (film doudou d’amour infini, on est d’accord?). Ah oui, tiens, pourquoi pas, cette chanson est jolie et bien que cela ne soit pas ma préférée de la bande originale, j’aime l’écouter de temps en temps. Eh, mais il y a un clip aussi! C’est du sérieux cette histoire alors? Si vous me connaissez depuis un moment, vous pensez bien que je suis allée me renseigner un peu plus sur google.

Oh, mais toute la bande son a été reprise par des gens « connus » (je mets connus entre guillemets parce que je suis loin de connaître tout le monde). Vite, j’allume mon ordinateur, je me mets sur spotify pour écouter cette surprise. Comme la bande originale est un cd que j’écoute au moins une fois par semaine (la preuve en est mes enfants qui chantent tous les titres en yaourt!), je vous propose une critique de chaque titre. 

  1. The greatest show – Panic! at the Disco
    Euh, oui… Mais où est cette force, cette lumière que dégage cette première chanson? La version originale me donne la chair de poule dès que je l’écoute. Panic! at the Disco a beau être un groupe de pop-punk, il n’y aucune énergie dans leur interprétation. La version de Hugh Jackman donne envie de sauter sur place, de danser, de pointer tout le monde du doigt tel un showman. La reprise? Pas du tout.

  2. A million dreams – Pink
    Là, on peut parler d’une jolie reprise. La voix de Pink est ronde et chaude, c’est très agréable à écouter. On sent les paillettes, la petite boule au ventre. Cette reprise me donne envie de m’enrouler dans un plaid sur le canapé avec mes enfants pour un moment câlin. Vous l’aurez compris, j’aime beaucoup!

  3. A million dreams (reprise) – Willow Sage Hart
    Willow, c’est la fille de Pink. Petite bichette ♥ On comprend mieux maintenant pourquoi la version de Pink est émouvante. Ils ont fait chanter sa fille! Regardez la vidéo qui a été faite lors de l’enregistrement du titre, c’est tellement adorable (c’est la maman qui parle là, vous l’aurez compris)!

  4. Come alive – Years & Years and Jess Glynne
    Comment rendre une chanson qui donne la pêche totalement soporifique? Voilà, vous avez un excellent exemple ici. C’est pop, c’est sucré, mais c’est mauvais. Arrêtez de détruire la musique enfin!

  5. The other side – MAX and Ty Dolla $ign
    Avec la version originale de « the other side », l’interprétation de Zac Efron me faisait penser au phrasé qu’il avait quand il interprétait la chanson « bet on it » du second film « high school musical » et cela faisait ressortir mon côté midinette (avouez que ça fait du bien!). La reprise, on dirait des potes qui s’amusent lors d’une soirée karaoké. Ca sera encore un non pour moi.

  6. Never enough – Kelly Clarkson
    Une catastrophe! Je ne suis pas venue ici pour souffrir ok? Mais pourquoi Kelly Clarkson les gars? Elle respire presque entre chaque phrase (si vous avez lu mon article sur la misophonie ici, vous savez que je déteste ça) et on ne peut pas essayer de faire une nouvelle version de la perfection, « never enough », c’est Loren Allred, et puis c’est tout (c’est comme Céline Dion avec « my heart will go on »). Ils auraient pu choisir Idina Menzel, ça aurait tout de suite eu plus de gueule (oui, elle chante « let it go », et alors? Elle chante bien quand même!)!

  7. This is me – Keala Settle, Kesha and Missy Elliott
    Une partie rappée… Encore une mauvaise idée les gars! Ce n’est pas parce que vous avez fait revenir Keala Settle que ça va sauver cette reprise. Il faudrait arrêter d’avoir des mauvaises idées à un moment là non?

  8. Rewrite the stars – James Arthur and Anne Marie
    Bon, par contre, là, j’avoue, j’adore! Les voix de James Arthur et Anne Marie se marient très bien et la reprise est très belle, autant que le clip que je vous invite à visionner ici, il est féerique ♥

  9. Tightrope – Sara Bareilles
    J’aime beaucoup Sara Bareilles, surtout son titre « winter song ». Ici, le titre se laisse écouter mais la version de Michelle Williams a ce petit quelque chose en plus. Peut-être un côté innocent que l’on ne retrouve pas avec Sara Bareilles.

  10. From now on – Zac Brown Band
    Mouais, je n’apprécie pas vraiment le style country qu’ils ont choisi de rajouter à ce titre. Ca fait un peu fête de la saucisse selon moi.

  11. The greatest show – Pentatonix
    Cette version est plus agréable que la première même si, là encore, la vitalité de la version originale n’est pas là et c’est bien dommage.

  12. Come alive – Craig David
    Mes oreilles saignent, voilà, tout est dit dans une phrase de trois mots. Ou simplement why? But why? Une belle soupe musicale, vous en voulez une, eh bien, la voilà!

  13. This is me – Kesha
    Ouf, Kesha sauve la première reprise en nous proposant celle-ci. Il y a une certaine souffrance dans son interprétation, on le sent, et c’est beau, elle donne du corps aux paroles.

Si nous faisons le bilan,  il n’y a que quatre titres qui valent le détour selon moi, ce n’est vraiment pas beaucoup. Ils auraient dû s’abstenir de faire ces reprises. Cela sent le coup marketing juste avant Noël non? Et vous alors, avez-vous écouté ce cd de reprises? Si oui, qu’en pensez-vous? Je vous souhaite une excellente semaine!

 

 

 

 

Baby Alexander·Baby Tobias·Baby Valentina·La vida de Lindanita·Positive attitude·Viva la musica

Maman, mais pas que

37585865_2128314350774314_7115421724568453120_n.jpg

Il y a un mois, je me suis séparée pour la première fois de mes enfants pendant un jour et une nuit. Pendant à peu près vingt-quatre heure, j’ai laissé ma tribu à the Husband et j’ai vécu à 100% cette phrase que j’ai lu plus d’une centaine de fois sur les réseaux sociaux ou dans des magazines, « maman, mais pas que », sans jamais vraiment savoir ce que c’était.

Depuis 2012, j’ai enchaîné les grossesses, les accouchements et les allaitements. En six ans, trois enfants, c’est un bon rythme non? J’ai toujours été une maman poule pour me transformer en maman louve et j’essaie d’ajouter la casquette de maman cool mais elle n’est pas là très souvent puisque je n’arrête jamais. Je ne travaille pas (pour le moment) parce que nous avons décidé, the Husband et moi d’un commun accord, que j’allais m’occuper des enfants pendant que lui allait travailler. Cela ne me dérange pas du tout parce que cela me permet de ne rien louper de leurs vies qui commencent à peine. Et puis j’aurais tout le temps de travailler plus tard, quand ils iront à l’école à plein temps. Je suis donc là pour eux, jour et nuit, pour les emmener au jardin d’enfants, pour les border, leur préparer de bons petits plats, repasser leurs vêtements ou préparer leurs tenues pour le lendemain. Etant expats tous les deux avec mon mari (il vient du Chili, je viens de France et nous vivons en Allemagne pour celles et ceux qui arrivent seulement maintenant ici), nous n’avons aucune famille dans les environs pour nous aider avec les enfants. Notre famille, c’est notre bulle, jamais les uns sans les autres.

Et puis en début d’année, en surfant sur les réseaux sociaux, je suis tombée sur l’information qui a tout déclenché. le chanteur Ed Sheeran allait faire une tournée européenne et il allait passer par plusieurs villes allemandes. Comment? Mais il fallait absolument que j’y aille! Je chante à tue-tête toutes ses chansons qui passent à la radio et j’étais déjà une fan inconditionnelle de l’artiste après l’avoir découvert avec « lego house », une chanson de son premier album. Il avait invité Rupert Grint (Ron Weasley) dans son clip et en tant que potterhead, je me devais de le regarder. J’ai alors découvert un univers qui me plaisait beaucoup et depuis ce jour, il y a toujours une chanson d’Ed Sheeran dans mes playlists. Apparemment, j’avais loupé l’information de la tournée à sa sortie parce que toutes les dates étaient déjà sold out (ou presque et ce n’était pas la porte à côté). Mais je suis capricorne et tenace alors j’ai écumé internet pour trouver tous les sites de revente de tickets de concert pour finalement trouver mon bonheur sur ebay (enfin the Husband l’a trouvé pour me faire la surprise pour mon anniversaire, just in time!). En plus d’être un ticket pour le concert, ce qu’il m’offrait, c’était un moment rien qu’à moi, sans enfants (mais sans lui aussi, vu qu’il devait les garder).

Les mois passant, nous nous sommes organisés pour préparer cette date au mieux (et nos deux jours en famille à Amsterdam ensuite). C’était sans compter sur les aléas de la vie. Lorsque je suis entrée en contact avec la personne qui nous avait vendu le ticket pour pouvoir changer le nom sur mon ticket (vu qu’ils avaient tous été vendus de manière nominative), je me suis rendue compte que le concert avait été délocalisé. Euh, oui, mais bien sûr… Encore heureux, je n’avais pas encore réservé ma chambre d’hôtel! Quelques jours plus tard, j’ai su que le concert pouvait être de nouveau délocalisé (sans blague). Non mais quelle idée aussi de vouloir raser des arbres pour installer une scène et des gradins! Oh et puis si on essayait plutôt d’installer tout ça sur un endroit qui est suspecté d’avoir des bombes de le seconde guerre mondiale en dessous? Jusqu’au dernier moment, j’ai cru que le concert allait être annulé. Au final, il a été divisé en deux dates (c’est Ed qui devait être content de faire un concert en plus tiens!) et le ticket que j’avais reçu n’était plus valide. Les organisateurs avaient décidé d’imprimer de nouveau plus de 50.000 billets et de les renvoyer (bonjour les frais!). J’ai eu de la chance de tomber sur Dana, une personne honnête et adorable qui m’a réexpédié le nouveau ticket sans souci (et ouf, j’ai eu un ticket pour le même jour et non le lendemain. Si cela n’avait pas été le cas, cela aurait compromis notre voyage à Amsterdam). Je n’avais pas encore pris le train que toute cette histoire avait déjà été un grand huit émotionnel.

Le dimanche matin, j’étais prête, ma valise était bouclée, j’avais fait les dernières recommandations à the Husband pour qu’il puisse « survivre » à sa première fois en tant que papa solo et je me suis dirigée vers la gare. J’avais préparé une playlist sans aucune comptine, si je le voulais, je pouvais regarder le film « New York melody » sans être interrompue et j’allais pouvoir terminer ce livre que j’avais commencé des semaines auparavant.

36944084_639682416388824_4153853821912612864_n.jpg

Les habitudes ont la vie dure car bien qu’en étant toute seule, il m’est arrivé plus d’une fois dans la journée de tendre mon bras vers l’arrière, attendant qu’une petite main vienne se lover dans la mienne. La seule chose qui a trouvé ma main ce jour-là, c’est la poignée de ma valise. Et on en parle de ce petit coup de stress quand je cherchais mes enfants dans la foule avant de me souvenir qu’ils étaient à la maison avec leur père? J’avais l’impression d’être « nue » plus d’une fois, il me manquait quelque chose, je n’étais plus habituée à être seule autant de temps et loin de chez moi. Et puis au fil de la journée, je me suis détendue, j’ai pensé à moi (pas assez parce que je n’avais pas prévu assez de choses à manger dans mon sac alors que quand nous sortons avec les enfants, on ne finit jamais tout!), j’ai écouté des chansons oubliée dans mon ipod et j’ai lu. Qu’est-ce qu’on peut faire plein de choses quand nos enfants ne sont pas avec nous!

Mon premier train a eu du retard, je n’ai pas réussi à avoir ma correspondance ce qui m’a fait presque perdre une heure sur le planning de ma journée. Mais ce n’est pas possible, la poisse s’acharnait sur moi ou quoi? J’étais sur le point de perdre patience quand je me suis souvenue que c’était ma journée « spéciale », rien qu’à moi et ce n’était pas si grave si j’arrivais en retard au concert (je savais qu’il y avait deux premières parties de toute façon). Plus j’allais m’énerver et plus j’allais gâcher ma journée (comme quoi, apprendre à lâcher prise grâce à ses enfants, ça a du bon, même quand on est sans eux) alors je n’allais pas la gâcher pour quelque chose que je ne pouvais pas changer, même si je le voulais. Ma bonne humeur a payé puisque tout s’est bien terminé, sans aucun stress et avec le sourire. Chaque fois que je croisais le regard de quelqu’un, je recevais un sourire en retour, c’était très agréable (et même que dans le train, ma voisine m’a proposé plusieurs fois des bonbons huhu!). J’ai dû demander plusieurs fois de l’aide pour trouver mon chemin entre les travaux à la gare de correspondance ou bien les trams bondés qui avaient des horaires aléatoires à cause d’un trop plein de monde. Un sourire et tout était plus facile.

Je suis arrivée avec une bonne demie-heure d’avance au stade. J’ai été plus qu’étonnée de la facilité que j’ai eu pour rentrer… j’ai scanné moi-même mon entrée et je suis rentrée comme ça, sans révision de sac, rien! Je me serais crue à la bibliothèque (et si j’avais su ça plus tôt, j’aurais pris avec moi une bouteille d’eau d’un litre et demi!). Plutôt que d’aller faire la queue pour m’acheter quelque chose à manger, je suis allée au stand de merchandising pour me faire plaisir en m’offrant un tee-shirt et un bracelet (coucou, j’ai quinze ans!). J’ai trouvé ma place facilement, j’allais pouvoir profiter du concert car bien qu’étant dans les gradins, j’étais assez près de la scène. J’ai enfin pu souffler et appeler the Husband pour savoir comment ils allaient tous : Tobias n’avait pas voulu manger si son père lui proposait quoi que ce soit mais il ouvrait grand la bouche dès qu’Alexander s’approchait de lui avec une cuillère, Valentina avait passé la journée collée à son père, Alexander était un grand frère modèle qui disait « je fais ça comme ça, comme maman le fait d’habitude », « non papa, c’est comme ci et pas comme ça »… Et le  coucher s’était passé sans encombre. J’étais ravie d’entendre de telles nouvelles!

Anne Marie, qui faisait la première partie du concert, est une artiste incroyable. Elle m’a énormément surprise car elle avait une pêche d’enfer, elle chantait vraiment très bien et son rire était si communicatif (regardez cette vidéo, vous comprendrez!) qu’il m’était impossible de ne pas rire aux éclats avec elle! Et puis Ed Seeran est arrivé sur scène. Il a enchaîné les titres seul sur scène, accompagné de ses guitares et d’une pédale (un looper si je ne trompe pas). J’avais du mal à croire que le moment que j’attendais depuis des mois était enfin arrivé. Il n’a pas hésité à parler avec son public et à faire de nombreuses blagues pour notre plus grand plaisir. Quand il a chanté « perfect », j’entendais dans ma tête les voix de Valentina et Alexander faisant les choeurs en yaourt derrière car ils aiment cette chanson autant que moi. J’ai toujours aimé la chanson « photograph » mais en live, c’était quelque chose d’indescriptible. J’ai eu une boule au ventre et les larmes ont coulé, sans s’arrêter, pendant toute la chanson. C’est devenu ma chanson préférée du monde entier, rien que ça! Le concert s’est terminé et je suis rentrée bien tranquillement à mon hôtel. Je suis passée rapidement m’acheter de quoi me rassasier avant (oh le mega gros kebab avec des frites à presque minuit!). J’avais l’impression d’être une adolescente dans sa chambre d’étudiante! J’ai eu du mal à trouver le sommeil alors j’ai terminé mon livre avant de me coucher tout en pensant aux retrouvailles avec mes bébés (et the Husband, ne l’oublions pas!) le lendemain.

37298082_894715844069028_751858708341850112_n.jpg

A mon réveil le lendemain, j’ai pu prendre un petit-déjeuner assise et surtout, j’ai bu un café brûlant, ce qui ne m’était pas arrivé depuis des semaines. En attendant que ma famille vienne me chercher à l’hôtel, j’ai pris tout le temps que je voulais pour me maquiller pour ne pas avoir mon trait de liner de travers ou bien mon rouge à lèvres qui bave parce que je l’ai mis trop vite.

Avant cette séparation, je ne m’étais pas rendue compte de toutes ces choses que je faisais pour moi à la va-vite, un oeil fixé sur la montre pour être disponible au plus vite pour mes enfants et leurs besoins. Bien qu’Alexander, Valentina et Tobias m’aient énormément manqué, j’étais heureuse d’avoir pu profiter de cette journée loin d’eux et avoir été égoïste pour recharger mes batteries afin de m’occuper encore mieux d’eux par la suite. Etre une maman louve qui pense à elle de temps à autre, je crois que c’est la meilleure équation qui existe pour rendre toute sa famille heureuse. Ce fut une bien belle journée et je remercie le ciel de m’avoir donné la possibilité d’en avoir profité bien plus que je ne l’aurais imaginé.

 

La vida de Lindanita·Viva la musica

Ceci n’est pas une playlist de Noël

JJ-Color-1-small-89f36610d0

Je ne sais pas vous, mais moi, même si j’aime beaucoup la période de Noël, je n’arrive pas à écouter seulement « jingle bells », « mon beau sapin » et autres chansons parlant de neige blanche ou de petit papa Noël. J’aime bien varier ce que j’écoute et puis comme ça, les enfants chantent autre chose que ce qu’ils ont appris au jardin d’enfants (hashtag bad mother inside). Et attention, quand je lance la playlist que je vais vous proposer, Alexander et Valentina me font de ces chorégraphies! Ils se croient les rois du top 50 en me faisant des chorégraphies dignes de danse avec les stars : des cuillères en bois pour micro, des pirouettes (cacahuète), des portés, des solos de guitare et puis aussi des sauts de cabri sur le canapé ou bien encore des pas de danse inspirés par Hugh Grant dans « love actually ». C’est pour vous dire qu’ils aiment les 14 titres qui composent ma playlist du moment!

Cette playlist, elle est spéciale : ce ne sont que des duos (sauf deux titres), les chansons forment une chaîne (x chante avec y, y chante avec z… et ainsi de suite) et tous les titres sont en espagnol. Je suis sûre que beaucoup d’entre vous préfèrent encore des playlists « christmas mood » mais qui sait, peut-être que la mienne vous plaira pour préparer votre soirée du 31? Je suis désolée d’avoir inclus « despacito » mais je me devais de vous montrer que Luis Fonsi avant, c’était autre chose (je connaissais toutes ses chansons par coeur et j’étais fan!). Sebastián Yatra, vous avez sûrement dû l’entendre avec Milow avec « summer days » (en tout cas, le titre tourne pas mal sur les radios en Allemagne). Jennifer Lopez en espagnol, je dis oui! J’aime beaucoup « I ain’t your mama » mais en espagnol, c’est tout de même autre chose. Et puis j’ai connu le groupe Morat comme ça, quand Alexander a voulu voir une vidéo avec des minions. Vous ne trouvez pas que celui qui joue du banjo a des faux airs de Steve de « stranger things » (je ne sais pas, ça doit être un truc avec les cheveux!)?

♪ Ma playlist latino / décembre 2017 ♪

La vida de Lindanita·Viva la musica

Ma playlist estivale 2017

playlist estivale 2017

Le temps fait un peu ce qu’il veut avec le soleil : soit c’est la canicule, soit il pleut des cordes. Nous n’avons plus de saisons ma bonne dame! Ca commence à être usant de jongler entre le combo ciré / converses et le combo poom poom short / sandales. Alors qu’importe le temps, je me suis fait une petite playlist de vingt titres sur spotify pour qu’il y ait le temps idéal pour moi, c’est à dire l’été chaud, mais pas trop! Cliquez sur le lien ci-dessous pour l’écouter et sur les titres des chansons pour voir les clips si le coeur vous en dit.

Oui, je sais, Daddy Yankee revient beaucoup dans cette playlist, mais que voulez-vous, il a le don de me donner envie de danser. Il n’a pas fait que la chanson « gasolina » hein, et je trouve le clip de sa chanson « limbo » très beau, pas vous? Vous vous souvenez de Chayanne aussi, qui chantait « Salomé » ou « boom boom »? Regardez ce qu’il est devenu (et il a réussi à mettre le mot instagram dans une chanson le foufou!). La chanson de Dallas Frasca est l’opening de l’émission de télévision « Bondi Ink ». C’est sur un salon de tatouages en Australie, du même style que l’émission avec Kat von D. J’ai enfin pu voir le film « Lion » avec Dev Patel (c’est moi ou il est craquant avec ses cheveux longs et sa barbe?) et j’adore la chanson que Sia a fait pour le film, je l’aime encore plus depuis que j’ai été subjuguée par le film.

Allez, je vous laisse découvrir le reste et bon mercredi à vous!

Ma playlist estivale 2017

 

♫ Little mix – Black magic

♫ Carlos Vives et Shakira – La bicicleta

♫ Ed Sheeran – Shape of you

♫ Clean bandit, Anne-Marie et Sean Paul – Rockabye

♫ Daddy Yankee – Limbo

♫ Lady gaga – The cure

♫ Vianney – Moi aimer toi

♫ Jax Jones et Raye – You don’t know me

♫ Luis Fonsi et Daddy Yankee – Despacito

♫ Chayanne et Wisin – Qué me has hecho

♫ Dallas Frasca – Success is the best revenge

♫ Rag’n’bone man – Skin

♫ Enrique Iglesias, Descemer Bruno, Zion et Lennox – Subeme la radio

♫ Sia – Never give up

♫ Daddy Yankee – Sigueme y te sigo

♫ Meghan Trainor – Me too

♫ Katy Perry et Skip Marley – Chained to the rythm

♫ Alice Merton – No roots

♫ The chainsmokers et Coldplay – Something just like this

♫ Julien Doré – Coco câline

La vida de Lindanita·Viva la musica

Mes OST préférées

9f35fb38c1e6fae381d0ebc0717dd9c4

Après avoir visionné un film ou bien une série, il m’arrive souvent d’avoir certains titres de l’ost en tête pendant des journées entières. Au bout de quelques jours, elles sont cependant remplacées par les dernières chansons que j’ai entendu à la radio. Mais, il y a ces ost, celles qui sont en favoris dans spotify, celles qui se retrouvent dans la catégorie « chansons les plus écoutées » dans mon ipod que j’aime écouter dès qu’une occasion se présente tellement je les affectionne.

En cliquant sur les photos, vous serez automatiquement renvoyés vers youtube pour écouter un extrait de l’ost en question.

81aSTUAGiAL._SL1500_.jpg

Les aventures de Claire, une infirmière de guerre mariée qui se retrouve accidentellement propulsée en pleine campagne écossaise de 1743. Elle se retrouve alors mêlée à des histoires de propriétés et d’espionnage qui la poussent à prendre la fuite et menacent sa vie. Elle est alors forcée d’épouser Jamie, un jeune guerrier écossais passionné qui s’enflamme pour elle et la conduit à être déchirée entre fidélité et désir, étant partagée entre deux hommes dramatiquement opposés et deux vies irréconciliables (source allociné).

Sans surprise, on retrouve l’ost de « outlander ». Pour celles et ceux qui me suivent depuis un moment sur le blog ou bien sur instagram même, vous savez l’amour que je porte à cette série. Mes yeux se régalent à chaque apparition de Jamie à l’écran et mes oreilles se délectent de la musique qui accompagne chaque épisode. Non mais rien que l’opening est tout bonnement superbe, envoûtant même! Lorsque nous recevons du monde à la maison pour déjeuner ou bien prendre le goûter, c’est souvent cette ost qui tourne sur mon ordinateur, telle une musique d’ambiance.

81+FvEBp0iL._SL1423_.jpg

À l’âge de 21 ans, Tim Lake découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps… Lors de la nuit d’un énième nouvel an particulièrement raté, le père de Tim apprend à son fils que depuis des générations tous les hommes de la famille maîtrisent le voyage intertemporel. Tim ne peut changer l’histoire, mais a le pouvoir d’interférer dans le cours de sa propre existence, qu’elle soit passée ou à venir… Il décide donc de rendre sa vie meilleure… en se trouvant une amoureuse. Malheureusement les choses s’avèrent plus compliquées que prévu. Tim quitte les côtes de la Cornouailles pour faire un stage de droit à Londres et rencontre la belle et fragile Mary. Alors qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre, un voyage temporel malencontreux va effacer cette rencontre. C’est ainsi qu’au fil de ses innombrables voyages temporels il n’a de cesse de ruser avec le destin afin de la rencontrer pour la première fois, encore et encore, jusqu’à ce qu’il arrive à gagner son coeur. Tim se sert alors de son pouvoir afin de créer les conditions idéales pour la demande en mariage parfaite, pour sauver la cérémonie à venir du discours catastrophique du pire des garçons d’honneur imaginable mais aussi pour épargner à son meilleur ami un désastre professionnel. Mais alors que le cours de sa vie inhabituelle se déroule, Tim découvre que ce don exceptionnel ne lui épargne pas la peine et les chagrins qui sont communs à n’importe quelle autre famille partout ailleurs (source allociné).

Ce film est d’une douceur! C’est un de mes films doudous, celui qui est toujours sur une clé usb pour pouvoir le regarder en cas de coup de mou, emmitouflée dans un plaid (et / ou dans les bras de the Husband), un chocolat chaud ou bien un thé aux notes épicées et des petites gourmandises pour les accompagner. Effet « petits bonheurs qui rendent la vie meilleure » assuré! J’écoute souvent cette ost quand je suis en train d’écrire un article pour le blog, comme en ce moment par exemple.

Begin-Again.jpg

Gretta et son petit ami viennent de débarquer à NYC. La ville est d’autant plus magique pour les deux anglais qu’on leur propose de venir y vivre pleinement leur passion : la musique. Le rêve va se briser et l’idylle voler en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il va la plaquer pour une carrière solo et… une attachée de presse. Ses valises prêtes et son billet de retour pour Londres en poche, elle décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse sur scène et la force à chanter. Dans la salle un producteur s’adonne à sa plus dangereuse passion : l’alcool. Revenu de tout, du succès et de sa gloire passée, amer, rancunier, il a perdu le fil de sa vie,… Et soudain il entend cette voix, découvre cette grâce, ce talent brut et authentique… Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons (source allociné)

Depuis que je suis allée à New York en 2011 (déjà!) avec ma meilleure amie, je n’ai qu’une envie, y retourner (et tant qu’à faire, en amoureux). Le film « begin again » (ou « New York melody ») est une petite pépite, tout comme son ost interprétée par Adam Levine (ding ding ding, bonus, il chante et il joue la comédie dans ce film!) et Keira Knightley. Au bout de quelques écoutes, je connaissais les chansons par coeur. Cette ost, elle, m’accompagne le plus souvent en cuisine lorsque je fais des gâteaux avec les enfants et je me sers des spatules en bois comme d’un micro pour les amuser.

6867_214208.jpg

Southampton, 10 avril 1912. Le paquebot le plus grand et le plus moderne du monde, réputé pour son insubmersibilité, le « Titanic », appareille pour son premier voyage. Quatre jours plus tard, il heurte un iceberg. A son bord, un artiste pauvre et une grande bourgeoise tombent amoureux (source allociné).

Est-ce que j’ai besoin de me justifier, hein, franchement? Cette ost, c’est les débuts de Leonardo Dicaprio face au grand public (oui, il a fait d’autres films avant mais sa carrière a tout de même explosé grâce à ce film non?) et moi, je redeviens une midinette qui fond devant ce beau blond, mes premiers émois au cinéma. J’avais onze ans quand ce film est sorti (bam le coup de vieux in your face!)! J’avais demandé la cassette à Noël, non, pas la vhs, la cassette de la bande son pour l’écouter dans mon radio cassette, dans ma chambre. Cela a été une vraie crise émotionnelle quand la bande est restée coincée dans ma radio et en essayant de la retirer, elle s’est coupée…

Harry Potter and the Sorcerer's Stone.jpg

Harry Potter, un jeune orphelin, est élevé par son oncle Vernon et sa tante Pétunia qui le détestent. Alors qu’il était haut comme trois pommes, ces derniers lui ont raconté que ses parents étaient morts dans un accident de voiture.
Le jour de son onzième anniversaire, Harry reçoit la visite inattendue d’un homme gigantesque se nommant Rubeus Hagrid. Celui-ci lui révèle qu’il est en fait le fils de deux puissants magiciens et qu’il possède lui aussi d’extraordinaires pouvoirs.
C’est avec joie que le garçon accepte de suivre des cours à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie. Il a enfin la chance de se faire des amis. Blâmé par le professeur Severus Rogue qui lui enseigne les potions et protégé par Albus Dumbledore, le directeur de l’établissement, Harry va tenter d’élucider le mystère de la pierre philosophale (source allociné).

Là aussi, ai-je besoin de me justifier? En même temps, toutes les ost de la saga Harry Potter devraient faire partie de ma sélection (dit la fille qui a ouvert le bal de son mariage sur le titre « Potter Walz », la valse que danse Harry dans « Harry Potter et la coupe de feu »). La première ost a quand même ce charme, celui de la découverte, les débuts d’Harry Potter. Et elle est parfaite à écouter quand il commence à faire froid, quand on enroule nos écharpes plus d’une fois autour du cou avant de sortir, quand c’est l’heure du chocolat chaud au goûter, quand on prépare les cadeaux de Noël…

815nhzmf6-l-_sl1425_

Isabella Swan, 17 ans, déménage à Forks, petite ville pluvieuse dans l’Etat de Washington, pour vivre avec son père. Elle s’attend à ce que sa nouvelle vie soit aussi ennuyeuse que la ville elle-même. Or, au lycée, elle est terriblement intriguée par le comportement d’une étrange fratrie, deux filles et trois garçons. Bella tombe follement amoureuse de l’un d’eux, Edward Cullen. Une relation sensuelle et dangereuse commence alors entre les deux jeunes gens : lorsque Isabella comprend que Edward est un vampire, il est déjà trop tard (source allociné).

Encore des émois au cinéma (bah quoi, c’est fait aussi pour ça les films non?). Cette ost, c’est une dose d’énergie, des titres que l’on écoute et on se dit « ah oui, je l’ai entendu dans twilight aussi ». C’est parfait pour se booster et faire le ménage!

51rjO3yfKsL.jpg

Jamal Malik, 18 ans, orphelin vivant dans les taudis de Mumbai, est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l’émission Qui veut gagner des millions ? Il n’est plus qu’à une question de la victoire lorsque la police l’arrête sur un soupçon de tricherie.
Sommé de justifier ses bonnes réponses, Jamal explique d’où lui viennent ses connaissances et raconte sa vie dans la rue, ses histoires de famille et même celle de cette fille dont il est tombé amoureux et qu’il a perdue.
Mais comment ce jeune homme est-il parvenu en finale d’une émission de télévision ? La réponse ne fait pas partie du jeu, mais elle est passionnante (source allociné).

Ce film, j’ai failli passer à côté, je l’ai vu une semaine avant qu’il ne soit plus diffusé au cinéma. Mais quelle claque! La façon dont il est interprété, les réponses aux questions qui au final sont tout à fait logique, les retours dans l’enfance de Jamal… Ce film m’a pris aux tripes. Et que dire de la musique? Elle m’a fait voyager, elle m’a transporté, elle m’a envoûté. Elle est puissante, différente de ce que l’on peut entendre dans les autres films que l’on voit au cinéma, parfaite. Les enfants sont aussi fans que moi, il faut les voir bouger leurs popotins sur le titre « jai oh »!

Et vous, est-ce qu’il y a comme ça des ost que vous pourriez écouter à l’infini sans jamais vous lasser? Dites-moi que je file les écouter!

La vida de Lindanita·Viva la musica

Ma playlist « good mood »

large (1).jpg

Même si j’essaie de voir le verre à moitié plein, il m’arrive d’avoir des coups de mou. Je ne suis pas tout le temps « je suis trop happy, j’aime ma vie » et je n’ai pas un sourire vissé au visage vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Mais, il est important pour moi d’essayer de garder un moral d’acier déjà à cause de ma maladie, mais aussi parce qu’il y est possible que mes nuits soient bien trop courtes à cause d’une insomnie/la pleine lune/un cauchemar des enfants (rayez la mention inutile), qu’il pleuve tellement dehors que nous sommes obligés de rester enfermés à la maison ou bien encore lorsque je tombe sur les infos à la télévision.

C’est pour ça que j’ai décidé de me faire ma petite playlist à moi, celle dont j’ai besoin en cas de petits ou gros down et ça marche à tous les coups, ma bonne humeur revient aussi vite qu’elle était partie et même qu’elle devient contagieuse autour de moi! C’est pour ça que j’ai décidé de la partager avec vous aujourd’hui car je sens que pas mal d’entre vous en ont besoin. Osez me dire après avoir écouté tous les titres que vous n’avez pas ri, que vous n’avez pas dandiné votre booty sur ces rythmes endiablés ou bien encore que vous n’avez pas chanté une chanson à tue-tête!

Voici donc la playlist sur spotify et en dessous, si vous cliquez sur les titres des chansons, vous pourrez voir les clips (on ne sait jamais, vous n’avez peut-être pas de compte spotify et je ne voudrais pas que vous passiez à côté de cette playlist! ^^).

♣ Ma playlist good mood ♣

♫ Enrique Iglesias et Nicky Jam – El perdón (tout le monde connaît!)

♫ Ricky Martin – La mordidita (quand Alexander entend cette chanson, il se met à me faire une chorégraphie de lover latino! ^^)

♫ Justin Timberlake – Can’t stop this feeling (je vous mets au défi de ne pas vouloir vous lever et danser sur ce titre)

♫ Amir – J’ai cherché (youhouhou!)

♫ Gente de la zona ft. Marc Anthony – La gozadera (un peu de musique latino pourrait peut-être faire revenir le soleil non?)

♫ Jain – Come (même les Allemands l’adorent, c’est vous dire!)

♫ Walking on cars – Speeding cars (la chanson trop jolie qui permet de reprendre son souffle… Ah beh non, hey ya hey ya hey ya, ça y est, je vous vois chanter!)

♫ Alvaro Soler – Sofia (shake your booty!)

♫ Shakira – Try everything (la chanson qui reste en tête après avoir vu le dernier Disney, j’ai nommé zootopie)

♫ Maroon 5 – Sugar (si je me marie avec une belle robe blanche, je veux aussi que maroon 5 vienne à mon mariage, na!)

♫ Stefanie Heinzmann – Diggin’ in the dirt (une chanteuse suisse qui ne vous laissera pas de marbre)

♫ Bob Seger – Old time rock ‘n’ roll (sérieusement, qui ne se souvient pas de Niles qui danse en chaussettes de tennis dans le salon de Mr Sheffield?)

♫ Sia – Cheap thrills (Sia, il y a quelque chose à dire de plus que ce nom?)

♫ Bloodhound gang – The bad touch (oldy but goody!)

♫ Adele – Send my love (to your new lover) (même remarque que pour Sia, juste Adele quoi!)

♫ Brooke Fraser – Something in the water (j’adore cette chanson!)

♫ Shaggy – Feel the rush (il fallait bien une chanson avec du football dans cette playlist)

♫ Meghan Trainor – Dear future husband (hahaha, le clip est hillarant!)

♫ Spice girls – Wannabe (girl powaaa!)

♫ Fall out boys – Immortals (la chanson phare du film big hero 6, j’a-dore!)

♫ Coldplay ft. Beyonce – Hymn for the weekend (l’équation coldplay + Beyonce = ding ding ding, jackpot!)