Baby Alexander·Baby Valentina·Découvrez l'Allemagne avec moi·La vida de Lindanita

Nos premières vacances à cinq

IMGP1584

Début août, avant que Valentina ne fasse sa première rentrée au jardin d’enfants, nous sommes partis quelques jours pour nos premières vacances à cinq.

Nous sommes partis à Dresden en voiture, soit un peu plus de 350 kilomètres. Le voyage s’est présenté à nous sur un coup de tête suite à quelques facteurs qui favorisaient ce voyage : the Husband avait pris une semaine de vacances à ce moment là pour m’aider avec les jours d’acclimatation de Valentina au jardin d’enfants (je devais rester dans un coin de sa classe pour quelques heures durant quelques jours pour qu’elle ne se sente pas abandonnée et aussi pour la voir évoluer avec ses camarades. Du coup, the Husband devait rester avec Tobias à la maison pour me faciliter la tâche), le parrain et une des marraines d’Alexander venaient nous rendre visite (ils arrivaient tout droit du Chili!), on a voulu jouer les guides touristiques pour eux en leur montrant Dresden et finalement, avec les jardins d’enfants en Allemagne, on peut prendre nos vacances un peu quand on veut, même du jour au lendemain.

Pour le logement, rien de plus facile : nos anciens propriétaires nous recevaient gratuitement dans notre ancien appartement, appartement qu’ils gardaient pour leurs filles et leurs familles ainsi que les personnes qui leur sont chères (je suis émue en écrivant ça. Je suis touchée du geste de ce couple qui nous a vu passer de jeunes mariés sans enfants à parents. Et puis les gens comme ça, on n’en croise plus beaucoup dans notre monde actuel, hashtag c’était mieux avant). Cela nous enlevait aussi une épine du pied niveau budget vacances organisées un peu au dernier moment.

Il a ensuite fallu penser aux valises. Ne pas emporter trop de choses pour encombrer le coffre, le juste nécessaire avec un peu de « au cas ou » et au pire, connaissant Dresden presque comme notre poche, on savait où aller pour acheter telle ou telle chose (ouh la belle excuse pour acheter quelque chose, huhu!). Si les vêtements se salissaient, on avait acheté une miniature de lessive chez DM pour faire de la lessive à la main. Pour quatre jours et trois nuits, j’ai réussi à faire tenir des serviettes de bain, des draps, des vêtements pour moi et mes trois enfants, deux paquets de couches, du maquillage, notre shampoing et bain moussant (astuce : prendre du bain moussant qui convient à tous types de peaux et tous types d’âges, on gagne de la place dans nos valises!) notre pochette de médicaments et premiers soins dans une grande valise!

Et dans cette trousse de médicaments et premiers soins, qu’est-ce qu’il y avait?

  • Un spray d’eau de mer pour adulte
  • Du sérum phy
  • Du paracétamol pour adulte
  • De l’ibuprofène pour adulte
  • Du collyre en cas de conjonctivite (ça arrive souvent avec un rhume et / ou un courant d’air chez nous alors avec la clim dans la voiture… Il valait mieux prévenir!)
  • De la crème bepanthen
  • Des pansements à couper plus facile que la ribambelle de pansements de tailles différentes
  • Un spray désinfectant
  • De la crème Weleda pour les petites fesses en couche
  • Une autre crème en cas d’érythème fessier
  • Des suppositoires d’ibuprofène pour les enfants, de deux dosages différents
  • De l’arnica en homéopathie (si les enfants se cognent au visage, c’est plus simple d’utilisation)
  • De l’arnica en crème
  • De l’homéopathie pour contrer de petits symptômes grippaux
  • Quelque chose à administrer à Valentina en cas de nouvelle convulsion fébrile
  • Une crème hydratante pour l’eczéma du nourrisson pour Tobias
  • Un thermomètre auriculaire
  • Un thermomètre digital électronique à pointe souple
  • De la crème solaire
  • De l’eau thermale pour apaiser les coups de soleil (on leur a mis de la crème solaire mais on ne sait jamais hein!)
  • Les carnets de santé des enfants avec leurs cartes vitales
  • Un couteau suisse (ça sert toujours et comme ça, on ne le perd pas s’il est dans une pochette)

Après avoir organisé les valises, il fallait s’occuper de la préparation du trajet en voiture. J’avoue que la première chose que j’ai checké, c’est l’ipad, les films déjà présents dessus pour voir s’il fallait en rajouter et le pourcentage de charge de la batterie (hashtag bad mother inside, oups!). Alexander et Valentina ont eu le droit de choisir un jouet chacun pour les emmener avec eux. Pourquoi seulement un? Parce que s’ils en avaient trop à disposition, ils allaient les éparpiller n’importe où au risque d’en perdre un (ou plusieurs), de pleurer s’ils ne le(s) retrouvaient pas et c’était aussi un moyen de leur en acheter de nouveaux pendant les vacances. Qui dit nouveau dit « oh il est trop cool ce jouet, je vais jouer avec tout le temps et dormir avec tellement je l’aime! » (astuce : ça marche aussi pour les occuper dans la voiture au retour. Merci l’attrait de la nouveauté!). Moment mignon de leur part : ils ont choisi tous les deux leurs Woody de « toy story ». On avait aussi mis dans une portière un water wow (un carnet de dessins qui se dévoilent en leur passant dessus un pinceau d’eau fourni avec le carnet. Quand ça sèche, les dessins disparaissent et on peut recommencer à les peindre à l’infini). Pour Tobias, un hochet, une Sophie la girafe, un cube à accrocher à la poussette et qui fait du bruit et c’était bon (il adore me tirer les cheveux, attraper mes lunettes ou bien encore faire tourner les breloques de mon bracelet pandora entre ses petits doigts. C’est pratique ça, je l’ai tout le temps avec moi!). J’ai aussi préparé dans un sac isotherme de quoi manger et / ou  grignoter : des petits sandwichs avec du fromage frais ou du fromage à pâte dure (ça salit moins la voiture), des petits gâteaux salés au sésame de chez DM (je vous l’avais dit dans mon dernier article que DM c’est top!), et surtout, beaucoup de fruits et légumes crus prêts à être consommés (des raisins sans pépins, des sticks de carotte, des rondelles de concombre, des pommes en quartiers…). Ce sac était à ma disposition à l’arrière de la voiture depuis mon siège. Finalement, ils avaient chacun une gourde d’eau fraîche (mais pas trop. C’était de l’eau du robinet, pas de l’eau réfrigérée) à côté d’eux.

Nous avons pris la route vers 16h30 en ayant occupé auparavant les deux plus grands enfants avec des jeux et de la danse pour les fatiguer et ils ont sauté l’heure de la sieste (ils étaient trop énervés de toute façon en voyant leur père remplir le coffre de la voiture!). Ils sont restés éveillés une bonne heure à jouer ensemble pendant que Tobias dormait et ensuite, ils ont sombré dans un sommeil paisible. Nous avons dû les réveiller pour faire une pause sur une aire d’autoroute, manger quelque chose de chaud, allaiter, changer les couches, passer aux toilettes, profiter de l’aire de jeux et reprendre ensuite la route pour arriver à destination aux alentours de 21h, l’ipad aidant à rendre le reste du trajet plus amusant. Nous avons à notre arrivée retrouvé le parrain et la marraine d’Alexander qui eux arrivaient de Berlin. Ils logeaient dans une chambre de nos anciens propriétaires car ils font aussi chambres d’hôtes.

Après une douche, je peux vous dire que personne n’a traîné pour aller au lit! Nous dormions tous les cinq dans la même chambre : Tobias avec moi dans un lit deux places pour faciliter les tétées nocturnes et les changements de couches, the Husband dans un lit une place, Valentina dans un lit parapluie (la connaissant, c’était nécessaire parce que sinon, elle allait vadrouiller la nuit et personne n’aurait dormi!) et finalement Alexander sur un matelas gonflable à rebords eux aussi gonflables pour qu’il ne tombe pas durant son sommeil.

Le lendemain, nous nous sommes levés assez tôt afin d’aérer et de faire entrer de l’air frais dans le logement que nous occupions parce que nous avions un temps caniculaire et nous étions sous les toits, sans volets aux fenêtres (et je le rappelle, cinq dans la même chambre, coucou la fournaise!). Nous avions aussi pensé à emporter avec nous de quoi prendre notre premier petit-déjeuner sans courir aux aurores au premier supermarché around the corner. Nous sommes ensuite partis avec le parrain (Juan Carlos, aka JC) et la marraine (Jeanette) direction le centre-ville de Dresden. Nous n’avions pas d’idées fixes, de choses à faire absolument, nous nous sommes laissés porter par nos envies au cour de la journée.

IMGP1428.JPG

IMGP1435.JPG

IMGP1440.JPG

IMGP1441.JPG

IMGP1446.JPG

IMGP1450

IMGP1451.JPG

IMGP1463

IMGP1485

IMGP1490.JPG

IMGP1491.JPG

IMGP1513.JPG

Nous leur avons montré les monuments principaux de la ville, nous nous sommes arrêtés manger une glace et profiter de la clim des galeries marchandes dans lesquelles les enfants ont fait du petit train, des constructions en lego (et moi, ça m’a permis d’aller faire un premier tour chez primark avec Jeanette et Tobias sans avoir peur de perdre Alexander ou Valentina dans les rayons). Vers 16h, nous sommes repartis vers notre logement car JC et Jeanette devaient récupérer leurs valises parce qu’ils prenaient un train à 17h30 direction Frankfurt pour décoller vers l’Islande. Après des aurevoirs assez tristes, the Husband est resté avec Valentina et Tobias (après une tétée) à l’appartement pendant que j’emmenais Alexander à sa première séance de cinéma (tchi tchaaa, les jeunes ne comprendront pas, tant pis!) : moi, moche et méchant 3, en 3D en plus et même qu’on avait acheté des m&m’s qui croustillent. La totale quoi! Il était tellement content, il riait à gorge déployée à chaque blague ou scène drôle et il lui arrivait de me prendre la main pour me l’embrasser. C’était une des seules choses que j’avais planifiée pour ce voyage, l’emmener au cinéma, cinéma dans lequel je suis allée voir mon dernier film au cinéma en décembre 2012, quelques jours avant qu’il ne vienne au monde. En rentrant, nous sommes allés acheter de quoi dîner, Tobias en manduca, Valentina et Alexander donnant la main à leur papa. Ils étaient tellement heureux d’être en vacances et faire des choses qui sortaient de l’ordinaire!

IMGP1526.JPG

IMGP1528.JPG

IMGP1535.JPG

IMGP1534.JPG

IMGP1542.JPG

IMGP1547

IMGP1551.JPG

IMGP1553

IMGP1556.JPG

IMGP1558.JPG

IMGP1561.JPG

IMGP1568.JPG

IMGP1570.JPG

IMGP1576.JPG

IMGP1580.JPG

IMGP1587.JPG

IMGP1592.JPG

Le lendemain, même chose que la veille, réveil assez tôt pour ventiler le four dans lequel nous logions. Nous sommes allés acheter du pain frais, des gâteaux et des viennoiseries pour nous faire un super petit-déjeuner avant de partir faire un tour à la brocante qui a lieu tous les samedis (même l’hiver, mais il y a moins d’exposants) au bord de l’Elbe, fleuve qui traverse la ville. La veille, nous avions pris le Strassenbahn (le tram en Allemagne) pour aller en ville. Cette fois-ci, nous y sommes allés en voiture en prévision de possibles achats à la brocante. Cette brocante était la même que dans mes souvenirs, terriblement bien! Nous nous sommes arrêtés devant le stand de deux soeurs adorables qui vendaient de l’artisanat russe pour une bouchée de pain. The Husband a beaucoup aimé un service datant des années 60 avec des petites assiettes à dessert, des tasses, un petit pot à lait et un sucrier qu’elles vendaient pour presque rien. Malheureusement pour elles, quelqu’un avait eu la mauvaise idée de voler une des tasses. The Husband les a remercié pour leur gentillesse car elles avaient été adorables avec les enfants et nous avaient fait un prix pour de l’artisanat russe que nous avions choisi mais il ne voulait pas acheter un service incomplet, nous avons donc continué notre chemin. Une des soeurs nous a alors couru après pour notre proposer d’emporter tout le service avec nous, elles nous en faisaient cadeau! C’était tellement, mais tellement incroyable, wow quoi! En plus, elles nous emballé tout le tout dans de beaux napperons de Pâques. Plus loin, j’ai trouvé un petit fauteuil et une petite table en osier pour les poupées de Valentina, elle était ravie. Alexander n’était pas en reste, quelqu’un lui a offert un petit camion. Finalement, nous avons craqué pour une pièce de porcelaine de Meissen et j’ai même trouvé un cache pot tête que je cherchais depuis longtemps. Le prix en dessous était en deutschmarkt, ça m’a fait rire. Les enfants ont eu le droit à une glace et nous sommes rentrés déjeuner à l’appartement.

Comme je vous l’avais dit plus haut, les enfants étaient aux anges avec leurs nouveaux jouets. Après une petite sieste, nous sommes allés faire un tour en bateau à vapeur sur l’Elbe pour rejoindre le centre-ville faire de derniers achats. Les enfants étaient fascinés d’être sur un bateau, voyager sur l’eau, c’était nouveau pour eux. Vers 20h, nous étions totalement HS mais il fallait prendre le Strassenbahn pour rentrer et il pleuvait. Tobias est passé de la poussette au porte-bébé et Valentina s’est installée dans la poussette. Tout était bien programmé vous voyez!

Nous sommes partis le lendemain matin après avoir vu un défilé de plus de 200 Harley dans le quartier dans lequel nous logions. Alexander était émerveillé, il faisait coucou à tout le monde et sa soeur l’imitait bien évidemment!

Pour nos premières vacances à cinq, deux adultes et trois enfants (et avec l’aide de JC et Jeanette le premier jour), je n’en garderais que de bons souvenirs. Tout s’est déroulé encore mieux que ce que je ne l’aurais souhaité. On va dire que c’était des vacances d’essai, je n’en attendais rien de spécial mais c’était encore mieux que ce dont j’avais rêvé. Maintenant, nous avons envie de tenter un voyage un peu plus « sport », à l’étranger pourquoi pas? L’Ecosse nous tente énormément mais on va attendre que les enfants soient un peu plus grands.

Et vous alors, comment se sont passés vos vacances en famille ou bien comment les imaginez-vous? Racontez-moi tout, je suis curieuse!

Publicités
Baby Alexander·Baby Valentina·Découvrez l'Allemagne avec moi·La vida de Lindanita

Tu deviendrais presque allemande quand…

zhen

En tant qu’expat’ depuis un moment déjà, je me suis rendue compte que j’avais adopté de nombreuses habitudes du pays qui m’a accueilli depuis décembre 2009, j’ai nommé l’Allemagne. Du coup, j’avoue que je suis perdue quand je rentre en France. J’ai pensé que cela serait drôle de partager avec vous des choses les plus fragrantes et lire vos réactions. La liste n’est sûrement pas complète donc il est fort possible que je vous propose une suite dans quelque temps!

Tu deviendrais presque allemande quand :

♣ Tu as au moins quatre poubelles différentes dans ta cuisine pour faire le recyclage des déchets (ça prend une place pas possible!).

♣ Tu fais les courses, tu repars toujours avec un produit bio et/ou vegan dans ton chariot (il y en a dans tous les magasins, c’est fou).

♣ Tu n’achètes plus ton déodorant, ni ton essuie-tout ou encore les couches de tes enfants ailleurs que chez DM ou Rossmann (c’est moins cher en plus).

♣ Le magasin Müller est ton QG dès que tu vas en ville (c’est là que j’y trouve mes yankee candles en même temps et puis c’est comme un supermarché mélangé avec un DM, je suis obligée d’y passer!).

♣ Tu traverses toujours quand le petit bonhomme est vert sinon les autres piétons te font une réflexion (c’est pire encore s’ils sont accompagnés de jeunes enfants : « la dame elle est folle, elle traverse au rouge. Si tu fais pareil, tu seras privé de dessert! »).

Ampelmann_grün_&_rot

♣ C’est le début des soldes et tu n’as pas besoin de te lever aux aurores ou de te battre avec quelqu’un pour faire de bonnes affaires (je n’ai jamais vu de rush pendant cette période, et tant mieux!).

♣ Tu n’as pas mangé de pain blanc depuis presque deux semaines et tu t’en fous royalement, parce que le pain noir ou complet, c’est juste trop bon (je suis presque en train d’oublier le goût d’une bonne baguette).

♣ Tu ne sais pas quoi manger? Tu envisages de faire un barbec’ avec de grosses saucisses et des petits pains, les fameuses « Wurst » (vourst) dans des « Brötchen » (breutcheune) (ça c’est surtout l’été et parce qu’on a un jardin hein!).

♣ Sur ta table au petit-déjeuner, tu retrouves du fromage Käse (keizeu) et de la charcuterie (salami, jambon, pâté…) (oui oui… Je ne vous parle même pas des parents qui envoient des sandwichs de salami à leurs enfants pour le goûter de dix heures le matin).

♣ Dans beaucoup de villes où tu vas, tu peux aller chez Starbucks et/ou Burger King, tu peux y rester autant de temps que tu veux et il n’y a pas beaucoup d’attente en caisse  (Starbucks, mon autre QG quand je sors en ville ici).

starbucks-dresden-pragerstr.jpg

♣ Tu as déjà envisagé de te faire poser des faux ongles parce qu’ici, toutes les femmes en ont (de toutes couleurs et de toutes les formes).

♣ Tu n’as jamais eu de problèmes de « pertes » ou de « je vérifie ce qu’il y a dans ton paquet » avec la poste : le facteur sonne à la porte et attend et / ou monte même les escaliers (j’ai même reçu un collier Tiffany’s en envoi simple sans souci).

♣ Tu commences ta journée à partir de six heures trente et tu la finis vers quatorze ou quinze heures. Tes enfants commenceront les cours au collège à sept heures trente, et ça, c’est tout à fait normal (mais ça pique sévère quand même!).

♣ Tu as dans ta salle de bain une brosse à dents électrique parce que l’hygiène bucco-dentaire, c’est vachement important quand même (ça fait une semaine que je l’ai, j’en suis amoureuse).

♣ Tu peux sortir dans la rue sans te maquiller et sans avoir peur que l’on te dévisage (il y a tellement de styles bizarres en Allemagne qu’une fille pas maquillée ne sera pas choquant à côté d’une fille brune aux racines blondes, maquillée comme un camion volé et habillée d’un pum pum short. Et puis les Allemands sont super relax là-dessus : vive les femmes naturelles!).

Birkenstocks-and-socks.jpg

♣ L’option chaussettes associée sandales ne te choque plus, tu l’utilises même avec tes enfants des fois (bah quoi, il fait trop frais pour lui mettre seulement des sandales mais il fait trop chaud pour leur mettre des chaussures fermées!).

♣ La « Schlagermusik » (chlagueurmousik) deviendrait presque agréable à tes oreilles (j’ai bien dit presque et jee rappelle que le Schlager, c’est ça quand même!).

♣ Tu regardes au moins deux reportages pour ta culture personnelle par semaine à la télévision (mais je ne lis pas le journal, faut pas pousser non plus).

♣ Tu as toujours chez toi des bouteilles de bionade ou de bière (vides ou pleines, bah oui, c’est pour la consigne!).

♣ Tu connais tous les parfums du chocolat Ritter Sport et tu sais quelles seront les éditions limitées à goûter (mes hanches disent merci à ce chocolat… Aheum!).

e2641a104bc28325ffb23734151f9d03

Et vous, si vous vivez en Allemagne ou si vous y avez vécus, cette liste vous parle? Qu’est-ce que vous auriez à rajouter?

Baby Alexander·Baby Valentina·Découvrez l'Allemagne avec moi·Découvrez le Chili avec moi·La vida de Lindanita

Noces de laine

78596+.jpg

Cette année, nous fêtons déjà nos noces de laine, déjà sept ans que nous nous sommes mariés! Et vendredi, ça sera l’anniversaire de nos dix ans ensemble. Le temps file à une de ces vitesses!

Je me souviendrais toujours de la première fois où je l’ai vu, lorsque nous étions en erasmus à Stuttgart en Allemagne. Il était intriguant et attirant avec ses airs de faux timide. Moi qui ne voyais que par les grands blonds aux yeux bleus, on peut dire qu’il était à l’opposé de tout ça avec ses yeux noirs de latino et ses quelques centimètres en plus que moi. Mais le charme a quand même opéré à cause d’une dose de gentillesse, de douceur, de malice et un sourire en coin qui me faisait (et me fait) totalement craquer.

Il a été mon professeur particulier d’espagnol, il l’est toujours même si maintenant il m’arrive parfois de le corriger. Non, je n’ai pas appris l’espagnol à cause / pour lui, c’était dans mon cursus universitaire, ma troisième langue vivante. Durant la première année où nous étions ensemble, nous avons parlé essentiellement allemand, vu que c’était cette langue et son pays qui nous avaient réunis. Après six mois d’erasmus, il a fallu nous séparer et commencer une relation à distance de six mois à base de conversations skype et des mails remplis de photos et de déclarations d’amour.

Nous nous sommes retrouvés au Chili et c’est là que j’ai décidé de tout plaquer pour rester avec lui : ma famille, mes ami(e)s, mes études, la France. Je ne pouvais pas faire autrement, c’était écrit (quoi ça se sent qu’il est en déplacement jusqu’à mercredi soir?). Il a continué ses études, j’ai enchaîné les petits boulots dont un mois de remplacement d’un professeur de français dans un collège bilingue (chose folle car j’ai été embauchée du jour au lendemain sans connaître les programmes des sixièmes, cinquièmes et quatrièmes que j’allais rencontrer) et puis j’ai même enseigné l’anglais dans un centre de langues. Ces années vécues au Chili ont fait la personne que je suis aujourd’hui.

dani-et-moi-26-11-06-3

Dani et moi 17-11-08 (2).JPG

Nous avons abandonné l’allemand pour l’espagnol latino, langue que nous parlons toujours maintenant, même avec nos enfants. Le français viendra après, nous avons encore le temps.

En 2009, avant de revenir vivre en Allemagne, nous avons décidé ensemble de nous marier. Pas de demande romantique, juste une discussion qui a entraîné la préparation de ce grand jour pour nous. Il a été fait en petit comité, surtout avec de la famille de the Husand étant donné que nous devions nous marier à l’église en France (ça n’a finalement pas été fait mais ça, c’est une autre histoire).

Il a fait son doctorat pendant quatre ans en Allemagne. Durant ces quatre années, je suis tombée une fois enceinte mais ça s’est mal terminé. Nous ne nous sommes pas avoué vaincus puisqu’Alexander est arrivé peu de temps après pour notre plus grand bonheur. Sa soeur Valentina a pointé le bout de son nez moins de deux ans après et leur petit frère a décidé qu’un peu plus de deux ans après, c’était bien pour débarquer.

Nous nous sommes installés en Allemagne après ces quatre années de doctorat car the Husband avait trouvé du travail. Et notre dernier coup de folie? Faire construire une maison pour avoir enfin ce petit nid d’amour que nous avions si souvent imaginé.

Au lac de Leipzig 22-09-10 (7).JPG

AMS_4599.jpg

Bref, le temps passe vite, mais ça en vaut vraiment le coup ♥!

Crédit dernière photo : Margaux Graphy

Baby Alexander·Découvrez l'Allemagne avec moi·La vida de Lindanita

Son jardin d’enfants en Allemagne

11820492_1456406744661969_1869488787_n

[Edit : suite à quelques remarques, je tiens à apporter des corrections et explications. Alexander va dans un Kindergarten, un jardin d’enfants. Il n’a pas d’enseignants fixes mais des éducateurs. Cependant, à partir de quatre ans, il aura des heures avec un ou des enseignants de l’école primaire à côté du jardin d’enfants où il va. Pourquoi? Parce que son Kindergarten travaille en association avec l’école primaire et ils ont décidé de proposer cette option, cette posibilité. Il aura un cahier à remplir avec des fiches. J’aurais sûrement un rendez-vous avec les éducateurs d’Alexander quand il aura quatre ans et j’en saurais plus à ce moment là. Nous payons aussi les éducateurs selon le « forfait » d’heures que nous avons choisi.]

En postant des photos sur instagram avec de très longues légendes pour vous parler, vous expliquer même, comment était l’école maternelle d’Alexander, je me suis dit qu’il serait encore mieux de vous faire un article car plus ça va et plus le système scolaire allemand se différencie de ce que j’ai connu lorsque j’étais petite. Mais avant de commencer, je ne peux pas vous dire si tout ce que je vais écrire est une généralité pour toutes les maternelles en Allemagne car si mes souvenirs sont bons, les écoles s’organisent de manière régionale et non nationale.

Je voulais qu’Alexander rentre à l’école à trois ans mais je voyais bien que je n’arrivais pas à lui offrir tout ce dont il avait besoin en restant à la maison avec moi et sa soeur. Et puis ce n’est pas en restant avec nous toute la journée qu’il allait pouvoir commencer à apprendre l’allemand, lui qui entendait déjà deux langues à la maison. Alors, nous avons décidé d’un commun accord avec the Husband d’emmener Alexander à l’école en août dernier. Oui oui, vous avez bien lu, il a fait sa rentrée en août. Mais pas fin août, début août! Dans l’école où il va, il n’y a pas de grandes vacances. Juste des petites vacances pour Noël et les jours fériés. C’est incroyable n’est-ce pas? Les éducateurs tournent et se relaient pendant les vacances des autres. Du coup, on peut un peu prendre des vacances quand on veut avec les enfants.

Il y a deux ou trois éducateurs par classe et tous les éducateurs connaissent tous, mais vraiment tous les prénoms des élèves. En même temps, vu qu’ils tournent dans les classes, c’est normal!

Il n’y a pas que ça qui est incroyable, attendez! Il n’y a pas d’horaires fixes selon lesquels les enfants doivent aller à l’école. En inscrivant son enfant, on choisit les plages horaires nécessaires durant lesquelles notre (nos) enfant(s) vont rester à l’école et c’est bon. Par exemple, Alexander est inscrit de de 8h à 12h mais si nous en avions besoin, on pourrait l’envoyer de 8h à 15h ou bien encore de 10h30 à 17h30 et ainsi de suite. Tous les choix sont possibles!

11887047_1025479720817856_825179224_n

Le matin en arrivant, Alexander s’installe sur un petit banc sous son prénom et son symbole (comme vous pouvez le voir sur la première photo) et il accroche son sac et son manteau au porte-manteau sous son prénom. Il met ensuite ses chaussons et file rejoindre ses autres camarades dans la classe. Oui, vous avez bien lu, les enfants sont en classe en chaussons. N’est-ce pas fabuleux? Quand il va jouer dehors, il récupère donc ses petites affaires et file dans la cour de récréation. S’il mouillasse un peu, il doit mettre ses bottes et son pantalon en caoutchouc pour ne pas se salir. Je suis vraiment ravie, sinon sa tenue filerait automatiquement à la machine à laver tellement il se salit quand il joue dehors!

Entre 9h et 10h, les enfants sont la plupart du temps dans la classe pour prendre leur petit-déjeuner. C’est chouette n’est-ce pas? Combien de parents ont vu leurs enfants partir le ventre vide à l’école parce qu’ils n’avaient pas encore faim juste après s’être réveillés? Avant de partir de la maison, je lui donne une petite tasse de chocolat chaud et zou, une lunch box avec du pain, du fromage, des rondelles de concombre ou bien encore de carotte, une part de gâteau fait maison, un pain au lait… dans son petit sac à dos et nous voilà partis (à pieds) à l’école. L’école fournit le thé, le chocolat, les jus de fruits ou bien encore un simple verre d’eau pour deux euros par mois. Et à la fin de mois, il y a toujours un Gemeinsamesfrühstück (un petit-déjeuner en commun) durant lequel l’école propose un petit-déjeuner complet. Ils ont même parfois des Bretzels frais!

Alexander ne déjeune pas à l’école mais s’il le faisait, il mangerait dans sa classe. La cuisine de l’école est dans le même établissement que les salles de classe (pour Alexander en l’occurrence, la cuisine est en face de sa classe). Quand midi est arrivé, un des éducateurs va chercher un chariot repas et le ramène pour le partager avec les élèves.

11325304_414086348784456_1470926979_n

Souvent le mercredi, il va faire de le gym avec toute sa classe. Il doit alors soit se mettre des collants ou bien des chaussettes antidérapantes (on les laisse dans une boîte en face des portes manteaux à l’extérieur de la classe. Sur cette boîte, il y a son nom et sa photo. Cette même boîte sert aussi à ranger les vêtements de rechange des enfants). Ces jours-là, il rentre crevé et il est très content d’aller au lit faire une sieste. Il essaie de nous expliquer qu’il a fait des roulades, de l’escalade sur des matelas en mousse… Il adore la gym!

Le vendredi, Alexander a le droit d’emmener avec lui un jouet de la maison. Non, ce n’est pas pour savoir qui a les parents les plus cool de la terre et / ou qui est l’enfant le plus gâté de la classe. C’est un moyen de développer le vocabulaire et l’éloquence des enfants en les faisant parler de leurs jouets lors d’une table ronde. Comme ils sont heureux d’emmener quelque chose qu’ils adorent de chez eux, cela les pousse à parler plus.

Et maintenant, je vous donne quelques infos en vrac :

  • Il n’y a pas de petite, moyenne ou grande section. Les classes ont des noms comme trolls magiques, mulots des bois par exemple.
  • Il y a une classe pour les élèves de moins de trois ans et ensuite les enfants sont dispatchés dans trois autres classes sans se préoccuper de l’âge. Du coup, dans une même classe, on peut retrouver des enfants de trois à six ans.
  • L’école est toujours très bien décorée selon les saisons ou les fêtes qui arrivent. Les éducateurs utilisent beaucoup les travaux manuels des enfants pour y arriver. Pour Pâques, ils avaient fait des petits moutons et des lapins qui pendaient au plafond dans le couloir. Dans l’entrée, il y a toujours des fleurs, c’est très joli.
  • Les enfants reçoivent souvent des petits cadeaux lors des fêtes : un cadeau pour une case du calendrier de l’avent, des chocolats pour Noël et pour Pâques (ceux de Pâques, ils ont dû les chercher dans l’école! ^^), un cadeau pour l’anniversaire… Ils sont bien gâtés!
  • Il n’y a pas d’horaires de récréation, c’est selon l’envie des enfants et des éducateurs et bien souvent selon le temps.
  • Durant toute l’année, il y a des semaines à thème. Par exemple, la dernière qui a eu lieu était la semaine « manger sain » avec un atelier pour bien se laver les dents, un bar à jus de fruits frais… C’était vraiment intéressant!
  • Les éducateurs sont à fond quand il faut se déguiser pour le carnaval! Une éducatrice d’Alexander était déguisée en cigogne géante!
  • Pendant la canicule l’année dernière, les éducateurs avaient installé deux petites piscines à l’ombre dans la cour pour pouvoir rafraîchir les enfants.
  • Dans la cour de récréation, il y des tricycles, un bac à sable, des toboggans, des ballons… Alexander se croit au parc dans la cour!
  • Pour l’anniversaire des enfants, il faut amener un gâteau fait maison ou non ou des petits pains avec du fromage, du jambon et des légumes, et ce que l’on veut (bonbons, pochettes surprises…). L’enfant qui fête son anniversaire reçoit une couronne faite par l’école. Alexander la remet de temps en temps à la maison, il l’adore! Ce que l’on amènera sera le petit-déjeuner des enfants ce jour-là.
  • Il y a une salle de bain / toilettes adjacent(s) à chaque classe. Chaque élève a sa petite serviette pour se sécher les mains sous son symbole.

12751254_1691239051125518_1767957843_n

Le petit mouton d’Alexander

10369264_1600091380257680_2051902530_n

Dans le couloir de l’école

11917924_1544080739225087_2133174239_n

L’entrée décorée pour Pâques

12424798_1686575641615612_91560466_n

Alexander et sa couronne d’anniversaire

1170007_781184722012079_984125901_n

« Chers parents, demain nous fêtons l’anniversaire d’Alexander. Il nous apporte le petit-déjeuner! »

11848988_1450233291953072_2035918667_n

Durant la canicule, il allait se baigner après la photo

11313457_247299292280760_109308428_n

Ce qu’Alexander a reçu pour Pâques

12394006_805408892938937_1467270546_n

Son cadeau du calendrier de l’avent

11376413_737938692972408

Combien il y a t’il de sucre dans… Sensibilisation autour du sucre durant la semaine « manger sain »

10354397_1663230297235307_2114068401_n

Un coin documentation sur le brossage des dents durant la semaine « manger sain »

12446153_965899850169089_1337727495_n

Le bar de jus de fruits frais durant la semaine « manger sain »

famille hellocoton

Découvrez l'Allemagne avec moi·Lindanita en cuisine

Le Stollen, gâteau de Noël allemand par excellence

IMGP2055.JPG

Avant d’aller à Dresden, nous avions fait deux listes : une avec les endroits que nous voulions revoir et une autre avec les choses que nous voulions ramener avec nous. Sur la deuxième liste apparaissait le Stollen (lire stolleun). Mais le Stollen, qu’est-ce que c’est?

Le Stollen est un gâteau traditionnel de fin d’année, issu d’une tradition vieille de plus de 500 ans. Il est préparé de fin septembre à fin décembre. C’est un pain aux fruits et aux épices qui peut être farci de massepain, d’un mélange de fruits secs (amandes, noix, fruits confits…) ou bien encore d’une préparation au pavot. On peut le déguster chaud ou froid, cela dépend des envies. Au XV siècle, on donne au gâteau allongé qu’est le Stollen une signification symbolique : celle de l’enfant Jésus emmailloté dans ses langes. Le gâteau, d’abord étalé, voit ensuite ses côtés rabattus, représentant alors les langes protectrices et chaudes repliées de la même manière sur un bébé.

Le Stollen que nous avons ramené de Dresden était un Mandelstollen (lire mandeulstolleun), un Stollen aux amandes. Il était tellement bon qu’au bout d’une semaine à peine, il n’y en avait déjà plus (il faisait tout de même un kilo!)! C’est alors que nous est venue l’idée folle (non, pas l’idée folle, un jour d’inventer l’école… Ne me remerciez pas pour la chanson que je vous ai mis en tête pour la journée! ^^) de faire un Stollen maison, notre propre Stollen. Mais ça doit être difficile non? Pas vraiment en fait et c’est pourquoi j’ai décidé de partager la recette que j’ai utilisé avec vous!

Pour quatre Stollen de taille moyenne, vous aurez besoin de :

– 1 kilo de farine

– 300 grammes de sucre

– 120 grammes de levure de boulanger fraîche

– 200 grammes d’amandes hachées

– 300 grammes de poudre d’amande

– 200 grammes d’oranges confites en dés

– 1/4 de litre de lait tiède

– 4 oeufs

– 360 grammes de beurre mou

– 4 cuillères à café de cannelle

–  160 grammes de beurre liquide

– 200 grammes de sucre glace

♣ Dans un grand plat creux, mélangez tout d’abord le beurre (les 360 grammes) et le sucre.

♣ Battez vos oeufs et ajoutez-les au mélange beurre / sucre.

♣ Vient ensuite le tour du lait que vous verserez sur le mélange tout en remuant.

♣ Rajoutez la farine.

♣ Après avoir mélangé le tout, faites un puits pour mettre la levure de boulanger fraîche que vous aurez dissoute auparavant dans un peu d’eau tiède et une cuillère à café de sucre.

♣ Allez, on mélange encore une fois (mettez-y les mains, c’est plus facile)!

♣ Maintenant, ajoutez les amandes hachées, la poudre d’amande, les oranges confites en dés et la cannelle.

♣ Mélangez jusqu’à avoir une pâte homogène.

♣ Ca y est, vous êtes satisfaits du résultat? Recouvrez votre plat d’un linge et laisser lever la pâte au moins une heure.

♣ Cela fait bientôt une heure que la pâte lève? Préparez deux plaques de cuisson avec du papier sulfurisé et préchauffez votre four à 160 degrés, chaleur tournante.

♣ Mettez un peu de farine sur votre plan de travail (pour que la pâte ne colle pas au plan de travail ou à vos mains) et séparez votre pâte en quatre boules égales.

♣ Etirez vos boules avec les mains et comme il est écrit plus haut dans mon article, rabattez les deux côtés comme des langes.

♣ Placez deux Stollen sur chaque plaque et enfournez les deux plaques pendant 50 minutes environ.

♣ 5 minutes avant de sortir les Stollen du four, faites fondre vos 160 grammes de beurre restants au micro-ondes et préparez une petite passoire pour saupoudrer votre sucre glace. Armez-vous aussi d’un pinceau de cuisine!

♣ Après ces 50 minutes, sortez les Stollen du four (assurez-vous qu’ils soient cuits avec la technique du couteau, on ne sait jamais).

♣ A la sortie du four, badigeonnez vos Stollen du beurre fondu et saupoudrez votre sucre glace aussitôt pour qu’il adhère aux Stollen grâce au beurre.

♣ Laissez-les finalement refroidir au moins une heure pour pouvoir les déguster, il vous sera plus facile de les couper.

Un conseil? Consommez-les le lendemain avec un bon chocolat chaud ou un café avec un nuage de lait, ça sera parfait! Si vous faites des Stollen, prévenez-moi, je serais heureuse de savoir comment cela s’est passé durant la préparation et surtout si vous trouvez ça bon autant que moi. Je vous souhaite par avance un merveilleux Noël!

IMGP2041.JPG

IMGP2062.JPG

IMGP2053.JPG

Découvrez l'Allemagne avec moi

Der Striezelmarkt, un marché de Noël à Dresden

01.JPG

Guten Tag! Comme je vous l’avais dit sur la page facebook du blog, nous sommes allés passer quelques jours à Dresden pour profiter de cette ville qui nous a accueillis un peu plus de trois ans. Quand le mois de décembre arrive dans cette ville, elle revêt ses plus beaux habits de lumière et devient encore plus belle que d’habitude (je ne suis pas objective, Dresden ayant volé mon coeur depuis bien des années ♥). Il était donc tout naturel d’y retourner en fin d’année pour pouvoir profiter comme il se doit de la capitale saxonne.

Après l’avoir quitté en mars 2013 (peu après la naissance de notre petit garçon), nous n’avons pu revenir qu’une fois à Dresden, pour que the Husband reçoive son diplôme de docteur ingénieur en électronique (à vos souhaits! ^^) et ce fut un passage éclair. Ensuite le tourbillon de la vie nous a emporté avec son quotidien plus que rempli. Mais cette année, il était hors de question que je renonce à Dresden, oh non! J’ai donc proposé à the Husband un voyage de quelques jours. Il m’a alors répondu que si j’organisais tout, il était partant. Après quelques recherches sur le net, j’ai trouvé un particulier qui louait son appartement avec tout ce dont nous avions besoin (lit pour petit enfant, lit pour bébé, chaise haute, grande salle de bain avec une baignoire, place de parking…) et dans notre ancien quartier en plus! Je suis rentrée en contact avec la gentille Anke, lui expliquant le but de notre visite et la réservation a été prise. Ca a été très rapide et j’étais bien contente de partir en vacances (la dernière fois étant dans la famille de the Husband au Chili, j’étais enceinte d’un mois et les nausées commençaient à arriver. Je n’avais donc pas pu profiter de ces vacances comme je l’aurais voulu).

Deux semaines après, je rentrais à l’hôpital pour ma perte de vision. Quand je voyais la batterie d’examens que l’on me faisait, le peu d’explications que l’on me donnait, ce qui m’attristait beaucoup, c’était cette impression que j’allais devenir aveugle et / ou impotente, incapable de faire quoi que ce soit et que nos vacances allaient nous échapper. Un mois avant le voyage, après une longue attente, j’ai enfin su que j’avais une sclérose en plaques et selon mon neurologue, je devais continuer de vivre comme avant, ne rien me refuser. C’est ce que j’ai fait en profitant à 200% de nos vacances. Pendant quatre jours, mon leitmotiv a été le suivant : quand on veut, on peut!

Valentina en poussette, Alexander d’une main, the Husband de l’autre, nous voilà partis pour nos premières vacances à quatre (et quelquefois Valentina en manduca et Alexander en poussette pour qu’ils puissent faire la sieste sans que l’on doive rentrer à l’appartement. Une vraie expédition!).

Un passage obligé à Dresden au mois de décembre, c’est la place Altmarkt (lire tel quel et traduire par place du vieux marché) où prend place le Striezelmarkt (lire strizeulmarkt), un des marchés de Noël les plus anciens d’Allemagne. Cette année, cela fait déjà 581 ans que ce marché de Noël est présent à Dresden parmi tant d’autres (il y a aussi celui autour de la Frauenkirche, celui dans la grande rue pleine de commerce, celui à côté du pont Blaues Wunder… En même temps, les marchés de Noël sont une institution en Allemagne!). Pour le côté historique, le premier Striezelmarkt remonte au 14 octobre 1434, jour durant lequel le prince électeur Friedrich II. a accordé un privilège aux habitants de Dresden. Il leur a fait installer un marché de viandes après une période de jeûne afin qu’ils puissent venir choisir leurs rôtis de Noël. Quelques années plus tard, d’autres types de vendeurs sont venus s’installer sur ce marché comme des vendeurs de pains chrétiens rebaptisés ensuite Stollen (lire stoleun). A partir de 1500, le marché de Noël se déroulait le dernier lundi avant Noël et ce jour a été appelé le Striezelmontag (lire strizeulmonntag). Je ne vais pas en dire plus de peur de vous ennuyer!

Cela a été un vrai plaisir de flâner à nouveau entre les petits chalets aux toits si bien décorés (certains avaient des lutins animés, des étoiles grosses comme ma tête, des trains électriques, des pères Noël en train de boire une tasse de vin chaud… Il y en a pour tous les goûts!). Je vous invite à vous promener avec nous et à en prendre plein les yeux!

02.JPG

03.JPG

04.JPG

05.JPG

06.JPG

07.JPG

08.JPG

09.JPG

10.JPG

11.JPG

12.JPG

13.JPG

14.JPG

15.JPG

16.JPG

17.JPG

18.JPG

19.JPG

20.JPG

21.JPG

22.JPG

23.JPG

25.JPG

27.JPG

28.JPG

30.JPG

32.JPG

33.JPG

36.JPG

37.JPG

38.JPG

39.JPG

41.JPG

42.JPG

43.JPG

44-1.jpg

45.JPG

46.JPG

47.JPG

48.JPG

49.JPG

50.JPG

51.JPG

52.JPG

53.JPG

54.JPG

55.JPG

56.JPG

58.JPG

59.JPG

60.JPG

61.JPG

62.JPG

63.JPG

Découvrez l'Allemagne avec moi·Découvrez le Chili avec moi·Home sweet home·Lindanita en cuisine

Bienvenus dans ma cuisine!

IMGP1724.JPG

Il y a de ça un mois, j’ai été contactée par Katia pour discuter avec elle de ma cuisine en tant qu’expatriée. J’ai donc fait plein de photos, elle m’a ensuite posé beaucoup de questions et de tout ça est né un article pour le site deco.fr!

J’ai décidé de partager cet article avec vous aujourd’hui en même temps que le nouveau blog qui subira sûrement des changements dans les semaines, voire mois à venir. J’ai choisi comme beaucoup de passer sur wordpress avec un design qui me ressemble. Il faut que je m’occupe encore de l’importation de mes anciens articles (ça me permettra de faire le tri dans mes anciens articles tiens!) que je fais manuellement, même chose pour les commentaires. C’est là que je me dis que ce n’est pas si mal d’avoir « peu » d’articles sur mon blog! ^^

Je vous souhaite une bonne lecture!

Française expatriée à Kassel en Allemagne, Linda A. est mariée à un Chilien. Sur son blog, La Vida de Lindanita, elle partage avec ses lecteurs ses recettes favorites mais aussi ses voyages entre les trois pays et les différentes spécialités culinaires qu’elle en a rapportées. Le cœur de la famille balance entre le Chili et la France, et bien sûr, leur nouveau lieu de résidence. Pour Deco.fr, cette maman de deux enfants nous ouvre les portes de sa cuisine !

Une cuisine sur-mesure pour préparer de bons petits plats

IMGP1727.JPG

En tant que grande amatrice de gastronomie, Linda a fait construire sa cuisine ouverte sur-mesure dans son habitation allemande. Généralement, en France, la cuisine et la salle à manger sont deux pièces distinctes, et c’est d’ailleurs ce qui était le cas dans cette maison. Pour avoir plus de place et notamment stocker la vaisselle de leurs deux enfants, le couple a décidé de retirer la porte qui séparait les deux espaces pour en faire une cuisine ouverte.

Des influences chiliennes

IMGP1666.JPG

Linda cuisine souvent des recettes tout droit venues du Chili, dont est originaire son mari. Qui dit Chili dit automatiquement épices! Et dans la cuisine de Linda, ce n’est pas ce qui manque! Elles lui servent à préparer des spécialités chiliennes comme des empanadas (des beignets de viande que l’on trouve aussi en Espagne), des tortillas de papa, un chupe de jaiva ou encore un pastel de choclo. De quoi mettre un peu de soleil dans l’assiette, surtout lorsque l’hiver allemand est rude.

Un coin repas a été aménagé dans la cuisine pour pouvoir dîner ou « tomar once » comme on dit au Chili, c’est-à-dire grignoter des tartines de pain grillé (avec de l’avocat, du fromage ou des confitures par exemple) avec du thé ou du chocolat chaud.

Les spécialités culinaires allemandes

IMGP1728.JPG

Sur une table allemande, on trouve généralement du pain complet ou aux céréales, une bouteille de bionade ou de bière, de la charcuterie (salami, jambon, pâté…) mais aussi du fromage même au petit-déjeuner! Oubliez la bonne baguette française! Contrairement au Chili et en France, où on mange beaucoup de pain blanc, en Allemagne on trouve principalement des petits pains pour manger avec des saucisses (les Bratwurst) ou du pain noir, humide ou non. Il faut donc faire attention à bien le conserver et le mettre au frigo dans du papier sulfurisé car il peut moisir rapidement. Linda a opté pour une boîte hermétique conçue pour garder le pain frais plus longtemps car elle fait souvent du pain maison.

Parmi les pâtisseries typiques, il y a le biscuit snickerdoodle, dont Linda a revisité la recette sur son blog, ou bien l’Apfelstrudel, un gâteau autrichien très populaire en Allemagne, à base de pâte feuilletée fourrée avec des morceaux de pommes et des raisins secs qu’on sert avec de la crème fraîche ou de la glace à la vanille.

Fêter Noël en Allemagne

IMGP1685.JPG

Au moment des Fêtes, les marchés de Noël envahissent les villes d’Allemagne. On y déguste de grosses saucisses dans des petits pains, des amandes enrobées de sucre ou des brochettes de fruits baignés dans du chocolat de toutes les couleurs. Dans tous les supermarchés et bonnes boulangeries, on trouve du Stollen (servi chaud ou froid), un gâteau aux fruits farci au massepain, ou avec du pavot ou des amandes selon les recettes. Le joli thé rose, que l’on peut voir sur la photo ci-dessous, est composé d’amandes caramélisées (des chouchous), de pomme et d’hibiscus. Le goût est semblable au Kinderpunsch (qui signifie « punch pour les enfants »), servi sur les marchés de Noël. Cette boisson est une version sans alcool du Glühwein, le vin chaud français.

Faire un barbecue dans le jardin

IMGP1695.JPG

La cuisine de Linda donne accès à un jardin. La petite famille ayant emménagé il y a moins d’un an, elle n’a pas encore terminé d’aménager la partie extérieure. Mais, dans le futur, la bloggeuse aimerait planter des herbes aromatiques et/ou des arbres fruitiers. En Allemagne comme au Chili, les barbecues sont une institution! Qu’ils se fassent avec des saucisses et des petits pains (les fameuses Wurst) ou bien avec de la viande et des épis de maïs, c’est toujours une bonne occasion d’inviter des amis !

IMGP1659.JPG

IMGP1683.JPG

IMGP1712.JPG

IMGP1688.JPG

IMGP1715.JPG

IMGP1716.JPG

IMGP1718.JPG