La vida de Lindanita

Et ce fut un accouchement merveilleux

17493406_438118713199699_5383708734935531520_n

Bonjour à vous! Cela fait tellement longtemps que je n’ai pas écrit d’article que j’ai presque perdu toutes les habitudes que j’avais, c’est fou tout de même… En même temps, j’ai été tellement occupée depuis la naissance de notre dernier petit garçon (et en plus, mon laptop a décidé de me lâcher en chemin, le fourbe) que vous ne pouvez pas m’en vouloir n’est-ce pas? Et quoi de mieux que le récit de la naissance de notre fils pour revenir hein (hein hein)?

Bébé surprise devait pointer son petit nez le 23 mars mais le jour fatidique arrivant, rien n’annonçait sa venue. Il a donc fallu que je prenne mon mal en patience, comme pour Valentina sa grande soeur avec un accouchement qu’on avait dû déclencher. Ici en Allemagne (je ne sais pas comment cela se passe en France) mais si l’on dépasse la date du terme, il faut aller faire un contrôle tous les deux jours (ce n’est pas du tout invasif n’est-ce pas?) : monitoring d’une demie-heure (ou une heure s’il est mal fait, si bébé bouge trop…) et échographie. Au bout d’une troisième grossesse, je peux vous dire que l’on est rodé niveau contrôle! Nous voilà fin mars, toujours rien… Bon, bébé surprise sera un bébé d’avril, un bébé du printemps, un petit oisillon dans son nid. Ca, je ne m’y étais pas vraiment préparée, je ne connaissais que les bébés d’hiver moi!

Durant ces deux semaines d’attente, j’ai continué de vivre normalement, notre famille vivait comme à son habitude. J’étais tout de même fatiguée vu que je dormais très mal (les siestes n’étaient pas d’actualité avec déjà deux enfants à la maison). J’ai tout essayé pour le faire arriver plus vite : manger épicé, marcher le plus possible (il m’arrivait même parfois de courir derrière les enfants ou de jouer au foot avec eux), du thé qui devait supposément déclencher des contractions, la méthode italienne (cherchez sur google si vous ne comprenez pas), de l’acupuncture (au moins ça a eu le mérite de me faire dormir durant la séance, c’est déjà ça!), des bains chauds (je n’ai pas pu rester dedans longtemps, je m’ennuie rapidement et je me sens inutile). Rien de rien! Tout de même, dès que the Husband partait de la maison, je m’assurais qu’il avait son portable avec lui, de la batterie et la sonnerie au maximum.

Le deux avril à neuf heures, si bébé n’était toujours pas arrivé, j’allais être déclenchée. Cette fois-ci, ça ne sera pas du gel mais un médicament. Ok, comme vous voulez mais j’espère que le travail sera rapide. « Oh beh, en un ou deux jours ça devrait aller ma petite dame! ». Keuwaaa? Vous croyez vraiment que j’ai envie d’être en travail autant de temps?

17587187_294796787615619_774722146403352576_n

Ce qui me tracassait énormément avec cet accouchement, ce n’était pas la douleur en elle-même, je la connaissais (chaque accouchement est différent je sais, je sais!), mais c’était surtout, où allaient être mes enfants pendant que j’accouchais, qui allait les garder? Je pensais que bébé surprise pouvait arriver à tout moment mais n’ayant pas de famille dans les environs, c’était difficile d’avoir les idées claires et de ne pas me faire de souci. Parce qu’évidemment, j’avais besoin de the Husband à côté de moi durant l’accouchement, c’était quelque chose d’essentiel. Mais si les enfants devaient rester avec lui en cas de force majeure et que je devais accoucher seule, so will be it. Nous avions bien la troisième grand-mère des enfants mais elle était partie en vacances en Californie, le couple d’amis qui s’était proposé devait aller passer le week-end de mon accouchement (à j+10) chez de la famille et ça me gênait, je l’avoue, de devoir leur imposer en plus Alexander et Valentina. J’avais tout de même préparé un sac de voyage pour eux avec des vêtements de rechange, des pyjamas, des couches, des jouets, des tototes, des bavoirs et des petites choses en plus. J’avais même défait le sac la veille pour vérifier que j’avais bien tout mis et j’en avais profité pour faire des mini vidéos à envoyer sur whatsapp pour expliquer tout ce que j’avais préparé pour eux afin de passer une nuit sereine avant d’accoucher. La chambre d’amis, elle aussi, était prête depuis des lustres si bébé surprise devait arriver dans la nuit pour que la personne qui viendrait garder Alexander et Valentina soit à l’aise et ne doive pas dormir sur le canapé.

Le premier avril, the Husband est parti avec Alexander acheter des sacs de terre pour notre jardin et à son  habitude, il est revenu avec plus de choses. Cette fois-ci, c’était des petits sapins à planter à la limite de notre terrain : « non mais tu comprends, ils étaient en promo. En plus ils sont super beaux et si je ne les avais pas pris, je suis sûr qu’il n’y en aurait plus la prochaine fois que j’irais là-bas! ». Et naturellement il n’a pas pu attendre pour les planter ce foufou. Voilà qu’à 18h15 il était en train de faire des trous dans le jardin pour planter pas un, pas deux, pas cinq mais dix sapins! J’ai tout de même un peu halluciné surtout que nous devions donner le bain aux enfants avant de les coucher et ils devaient encore manger. Sa réponse comme toujours : « ne t’inquiète pas, j’en ai pour une demie-heure grand max! ». « Mais oui bien sûr chéri, moi je dis plutôt une heure et demie voire deux heures mais fais-toi plaisir ». Et comme il ne sait vraiment pas juger le temps dont il a besoin pour faire les travaux à la maison ou bien jardiner (moi si…), j’ai pris de l’avance et j’ai baigné les enfants toute seule, avec mon gros ventre de j+9, je les ai porté enveloppés dans leurs serviettes de bain pour les sécher et les habiller sur notre lit (pour info, Alexander pèse 22 kilos et Valentina 15 kilos) et je me sentais plus que bien (enfin un peu à bout de souffle quand même). The Husband est rentré à la maison alors que les enfants étaient à table en train de terminer leur dîner, il était 20h10 (ce n’est pas comme si je l’avais prévenu hein!) et il est allé les coucher seul le temps que je me repose un peu sur le canapé.

Une fois les enfants couchés, the Husband m’a proposé d’aller me doucher au cas ou le temps serait contre nous demain (on devait aller à l’autre bout de la ville à 9h avec deux enfants tout de même!). Je ne me suis pas faite prier et j’ai pris mon temps pour rester un moment sous l’eau brûlante. Ensuite, nous avons nous aussi dîné, un plateau repas devant un épisode de la série « misfits » sur netflix (nous l’avions déjà vu dans son intégralité mais quand on aime une série, on n’hésite pas à la regarder à nouveau!). J’avais très faim et je me suis laissée dorloter par un mari aux petits soins. Il m’a lui-même préparé ce que je voulais manger et me l’a apporté sur le canapé. Je commençais à avoir mal dans le bas du dos mais c’était fréquent lors de cette grossesse. Après un massage avec une balle exprès, tout allait mieux… normalement.

17596579_1398262826893034_3569595650972581

La douleur a commencé à être plus lancinante que d’habitude mais je me disais que j’étais à j+9, j’avais pas mal forcé dans la soirée et de toute façon, on me déclenchait le lendemain, donc c’était normal. La douleur est devenue encore plus aiguë me coupant l’appétit, alors que j’avais faim comme je vous l’ai écrit un peu plus haut. La balle de massage n’avait aucun effet, j’ai essayé de m’allonger, cela n’a rien changé. Tiens, une envie de faire pipi donc direction les toilettes (wow, je suis trop une fofolle moi!). La douleur part un peu pour revenir et je n’arrive plus à me relever… Tiens, tiens, tiens, coucou le flashback! Pour mon premier accouchement, j’avais eu les mêmes symptômes. Je dis à the Husband d’aller voir les enfants dans leurs chambres pour être sûrs qu’ils dorment profondément et ensuite, il pourra appeler notre couple d’amis, je crois que bébé a décidé d’arriver finalement de lui-même, le premier avril en plus (mouhahaha, c’est un petit plaisantin cet enfant!).

Les enfants sont au pays des rêves, nos amis sont au courant et monsieur est déjà sur le chemin de la maison le temps que the Husband charge la voiture. De mon côté, je me retiens de hurler pour ne pas réveiller les enfants mais je grogne de magnifiques put**ns et je serre les dents. Notre ami arrive, the Husband lui indique la chambre d’invités (enfin c’est flou, moi j’avais un peu mal à ce moment-là!), la cuisine, il la connaissait déjà et le sac pour les enfants était dans l’entrée à côté des petites chaussures et des vestes s’il devait partir dans sa famille avec eux.

Nous sommes dans la voiture direction la clinique. Au pire, si c’est un faux travail, je me dis et me répète que je dois être déclenchée dans quelques heures donc je serais déjà sur place. Mais pourquoi y a-t’il autant de feux rouges sur le chemin qu’a choisi le gps crotte de flutain de merde de p*te! Oui, la douleur était bien présente maintenant, pas de doute, elle part et revient, toujours dans le dos. J’ai l’impression de revenir un peu plus de quatre ans en arrière, quand j’étais sur le point d’accoucher d’Alexander. Je me mets à compter les minutes  entre deux contractions (ça doit être des contractions, ce n’est pas possible autrement) et j’en suis à sept minutes. Ah oui, quand même! Nous arrivons à la clinique aux alentours de 23h30. The Husband se stationne sur une place handicapée devant la clinique pour que je n’ai pas trop à marcher. Nous nous présentons à la maternité en disant tout simplement : « bonjour, je crois que je viens accoucher » (euuuh, lolilol!). Une des sages-femmes de garde se présente, me prend sous son aile et m’installe dans une salle d’accouchement. Elle va alors contrôler si le travail a bien commencé. « Ah mais oui madame, vous êtes déjà à 4 centimètres, vous avez bien fait de venir! Et aux vues de la force des contractions, vous n’en avez pas pour longtemps ».

Mince alors, on y est. Bébé surprise a décidé de venir de lui-même m’évitant ainsi un deuxième déclenchement. Une demie-heure plus tard, je suis déjà à six centimètres. Entre-temps, the Husband m’a abandonné pendant cinq longues minutes et cela m’a semblé un temps interminable. Vous comprenez, il devait aller chercher ma valise et changer la voiture de place pour ne pas avoir de pv (c’est sûr que la police fait des rondes à minuit autour de la clinique pour mettre des pv! Rhalala, les hommes n’ont pas les mêmes priorités que nous durant un accouchement!). Lors des contractions, je lui  broyais la main et je lui aboyais littéralement dessus pour qu’il m’aide à me concentrer sur ma respiration et non sur la douleur (je me suis excusée après, mais il est difficile de rester courtois quand on a mal, c’est bien connu!).

17596772_643073765876368_2220212889023676416_n

A une heure du matin, dernier contrôle après une énorme contraction (et le cri qui va avec). La tête arrive, dilatation complète (que c’est glam’ de dire ça!), bébé surprise sera là d’un instant à l’autre.

J’ai oublié de vous préciser que pour accoucher, je n’ai pas dû mettre la fameuse blouse d’hôpital (on vient avec ses propres vêtements), j’avais la tête relevée et j’étais allongée sur le côté. A chaque contrôle, on m’a toujours dit ce que l’on allait me faire et comme ce n’était pas vraiment agréable, la sage-femme me demandait de l’excuser. Cette même sage-femme, celle qui nous a reçus, qui a été à mon écoute tout le temps et qui a été une des deux personnes que j’ai vu durant mon accouchement (le gynécologue de garde pour la pose de la perf’ à mon arrivée et après l’accouchement pour voir si j’avais besoin de points) a été formidable.

Lors des dernières contractions, ma sage-femme me tenait la jambe droite, un peu pliée et la secouait doucement pour m’aider à supporter la douleur. Je n’ai plus pu m’empêcher de pousser et elle a lâché ma jambe pour recevoir bébé surprise. Première contraction, explosion de liquide amniotique d’une couleur un peu verdâtre (bébé avait décidé de faire sa première commission in utero, allez, free style monsieur!) et la tête est tout de suite sortie. Bébé surprise est taquin parce que normalement, quand la tête sort, le bébé se tourne à 90° pour faciliter la sortie des épaules, eh bien chez nous, ça a été 180°. Il s’est donc retrouvé à regarder le ciel en attendant la deuxième contraction. Et c’est cette deuxième contraction qui l’a fait naître.

Tobias (lire To-bille-asse) est né à 1h17, le 2 avril, en moins de dix minutes en seulement deux contractions. Ce fut un accouchement rapide, animal, sans péridurale. Ce fut un accouchement merveilleux. Quand on me l’a mis sur moi pour le premier peau à peau, je n’ai même pas pleuré, je n’ai pas eu le réflexe de compter ses doigts de pieds et de mains (je l’avais fait pour son frère et sa soeur), j’ai seulement profité du moment présent, je ne pouvais pas détacher mon regard de ce petit être, encore éberluée par l’arrivée si soudaine de notre petit garçon.

The Husband est rentré à la maison vers 4h du matin, lorsque l’on m’a emmenée dans ma chambre. Ce fut un accouchement merveilleux aussi pour ça. J’étais sereine parce qu’Alexander et Valentina dormaient paisiblement chez nous, dans leurs lits, ils ne nous ont même pas vu ou entendu partir et revenir de la clinique. Je ne pouvais rêver mieux pour accoucher en toute tranquillité.

Depuis notre retour à la maison, tout se passe au mieux. The Husband a pu rester un mois à la maison (il a pris presque toutes ses vacances de l’année), Valentina est amoureuse de son petit frère (elle ne fait que de l’embrasser) et Alexander est aux petits soins avec lui. L’allaitement est bien en place, Tobias est facile à vivre et c’est le bébé le plus souriant que je connaisse. Depuis le 2 avril 2017, mon coeur s’est de nouveau agrandit pour aimer Tobias qui est venu compléter notre famille ♥

17818871_255744214896397_7045542898720309248_n

18253288_816675401814148_6705602254491090944_n.jpg

18252832_220081278483384_77307945412712202.jpg

18161453_995281093939776_4003716844874629120_n.jpg

18380721_448394612170717_3152237534038196224_n.jpg

17934477_662629750614269_851598049502298112_n.jpg

18443413_1325624677551397_2300361157770215424_n.jpg

18514228_226447591176218_5550552782567636992_n

Publicités

6 réflexions au sujet de « Et ce fut un accouchement merveilleux »

  1. Bienvenue dans ce monde, Tobias!
    Je suis trop contente d’avoir des nouvelles! Je suis partie d’instagram et je me demandais comment allait le bébé, quel était son prénom, etc. Il est très beau, comme les deux grands d’ailleurs! Profitez bien de votre bonheur à 5!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s