La vida de Lindanita

Ne jamais dire jamais

large.jpg

Définition du mot « jamais ». Au sens positif : à un moment quelconque. Au sens négatif : à aucun moment.

L’autre jour, je suis retombée sur une liste que j’avais écrite lors de ma première année à l’université et que j’avais coincé dans un livre. C’était un peu la liste des jamais, le jamais à prendre au sens négatif. J’étais un peu torturée à l’époque il faut croire! En la relisant, je me suis rendue compte qu’elle était devenue obsolète. Tous les jamais étaient tombés, tout ça pour mon plus grand bonheur!

Jamais je ne me trouverais belle : ah beh si quand même, maintenant j’arrive à me trouver belle en me regardant dans le miroir ou sur des photos. Même si j’ai quelques boutons qui se tapent l’incruste sur le visage de temps en temps, ça va, je ne suis pas moche à regarder. Et puis je m’assume enfin en tant que femme, donc je m’habille mieux et je me plais!

Jamais je ne perdrais tous ces kilos que j’ai en trop : eux, ils sont partis comme ça, sans que je me mette pour la énième fois au régime, sans faire de sport. The Husband m’a aidé à comprendre comment manger correctement et mes bourrelets, mes bras flamby et mon double menton ont enfin disparu.

Jamais je ne trouverais l’homme de ma vie, celui qui m’aimera pour celle que je suis : il faut croire que ma bonne étoile a décidé de m’aider sur ce coup parce que l’homme idéal, je l’ai trouvé, je l’ai même épousé et même que cela fera sept ans cette année en octobre.

Jamais je n’aurais d’enfants : ça, ça va avec le fait que je n’avais personne dans ma vie. N’ayant pas de petit-ami, je ne me voyais pas fonder une famille. Maintenant, j’en ai deux, un petit garçon et une petite fille. Nous aimerions ajouter un petit frère ou une petite soeur à notre duo de choc mais rien n’est sûr à 100% avec ma sclérose plaques.

Apprendre l’espagnol en troisième langue vivante ne me sera jamais utile : euh, on en parle de la langue que je parle au quotidien avec the Husband et mes enfants? L’espagnol est la langue de notre famille, celle que nos enfants parleront avec nous et avec leurs enfants. Cette langue que j’ai au début détesté chante maintenant à mes oreilles.

Jamais plus je ne lirais de livres : j’ai fait une première et une terminale littéraire. Depuis que j’étais toute petite, j’adorais lire et me laisser emporter par les histoires racontées au fil des pages. Et puis après avoir eu une note désastreuse en littérature au bas après une année plus que correcte, cela m’a coupé tous mes moyens. J’étais déçue de ma note, déçue des livres, déçue de la lecture. Du coup, je les ai mis au rebut pendant des années. Depuis mes deux grossesses et les insomnies qui les accompagnaient, j’ai repris le goût à la lecture et ça n’a pas de prix!

Jamais je ne vivrais loin de ma Vendée profonde : je suis une expat’ depuis presque dix ans déjà et je le vis très bien. J’ai aimé vivre au Chili pendant quelques années et m’installer pour de bon en Allemagne. Je m’y sens à ma place et je ne reviendrais pour rien au monde vivre en France.

Jamais je ne saurais danser : j’ai réussi à apprendre une chorégraphie pour l’ouverture du bal de notre mariage et en plus, on nous a enseigné à the Husband et moi des pas de danses latinos que je n’ai toujours pas oublié!

Jamais je ne boirais : bon, après avoir connu la bière allemande et le vin chilien, que voulez-vous, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis non? Naturellement, je consomme tout ça avec modération hein!

Jamais je ne retrouverais une amie sur laquelle je peux compter jour et nuit : ma meilleure amie de primaire m’a largué en rentrant au collège, je n’ai plus vraiment de relation avec les amies que je m’étais faites au collège ou au lycée. Et puis j’ai rencontré Sophie sur le net grâce à nos blogs quand j’étais juste arrivée au Chili. Depuis, on ne se quitte plus et plus qu’une amie, je la vois comme une soeur ♥

Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais! Et vous, si vous aviez une liste de ce genre sous le coude, elle dirait quoi?

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ne jamais dire jamais »

  1. Pour les kilos perdus, c’est psychologique, c’est que tu t’es enfin sentie bien. Moi j’attends de retrouver ce moment avec impatience. J’évite d’avoir ce genre de liste, ça me ferait déprimer. Mais ce serait : jamais je ne rencontrerai le bon garçon, jamais je n’aurai un métier qui me passionne, jamais je ne vivrai à l’étranger.

  2. Ça fait du bien de lire ce genre de reponses positives.
    Se rendre compte que l on était négatives et que la vie à bien changé :)
    Je te lis depuis quelques temps, sans forcément oser laisser un message.
    Je te souhaite de pouvoir avoir un 3e lorsque vous le désirerez.

    Niveau liste, j en faisais avant, une sorte de projet de vie.
    Ça fait plaisir à voir que j y suis quasi arrivée, l Homme depuis 10 ans, nos deux enfants, quitter le Pas de Calais pour le sud, nous sommes depuis bientot 2 ans en gironde ( bon ce n est pas énorme finalement au vu de ton changement 😄)
    Les kilos… Bon sont tjrs là et le dernier objectif c est me trouver bien au cap de mes 30 ans… Me reste 1 an.. Tictactictac!

    Ps j ai lu ton post sur Orphan Back, je suis pas mal de séries et toujours ouverte aux nouvelles, je teste enfin ce soir.

    1. Merci de laisser un commentaire! Même si je ne réponds pas tout de suite, j’essaie de le faire!
      Tu me parles de bien belles choses, bravo à toi!
      Et alors orphan black? Bien ou bien? ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s